FacebookTwitter
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)

Mercredi 15 juillet : Objectif principal de la journée : l’ile d’Hornoya. Mais il nous reste plus de 40 km à parcourir avant d’atteindre la ville de Vardo, dernière grande ville du Varanger et point de départ des traversées pour rejoindre l’Ile aux oiseaux. Nous ne souhaitons pas « bacler » le trajet et décidons de prendre notre temps en route. Des groupes de macreuses et d’Eiders se succèdent le long de la côte. Passage dans une zone dunaire où il y a 4 ans, 2 pygargues se tenaient, aujourd’hui il y en a un ! visiblement c’est un bon reposoir. Le cadre est joli mais l’oiseau ne se laissera pas photographier. A peine le temps de reprendre la voiture qu’un vol de gros oiseaux blancs nous intrigue. Des cygnes. Nous accélérons pour les rattraper et pas de doute, ce sont bien des Cygnes chanteurs et uniquement des adultes. Venant du plateau du Varanger, ils tracent vers la mer. La reproduction serait-elle terminée pour eux ?

Nous arrivons à Kiberg, un petit port de pêche à la sortie du fjord où un Eider de Steller a été mentionné ces derniers jours. Rien sur la plage, rien depuis la digue où le vent froid nous pousse à rebrousser chemin. Seul un Phoque gris se livre à une partie de pêche le long de la jetée.

Pluvier doré
Pluvier doré

Vers 9h30 nous arrivons à Vardo après avoir emprunté le tunnel qui passe sous la mer ! Dans le port, des Mouettes tridactyles ont élu domicile sur les façades d’un vieux bâtiment. L’ambiance de la ville est bien morne sous ce ciel plombé … Pas une âme ne s’y balade !

Vardo
Vardo
Mouettes tridactyles (Vardo)
Mouettes tridactyles (Vardo)

Autre spécificité locale, les peintures murales … toutes particulières.

Vardo
Vardo

Nous poussons jusqu’au bout de l’ile pour jeter un œil sur l’ile d’Hornoya distante seulement d’un kilomètre. Le vent souffle fort, la pluie commence à tomber, nous commençons à nous poser la question. Est-il judicieux de se rendre sur l’Ile aujourd’hui ? Les billets se prennent au centre d’informations de la ville. Nous questionnons l’hôtesse pour savoir si les conditions seront meilleures demain. Réponse : « de la pluie prévue pour aujourd’hui, demain, toute la semaine et même tout le mois ! » bref, on tente le coup. 35 euros par personne pour 10 minutes de traversée. Le dernier départ de la matinée est à 10h30 et dès la sortie du port, les oiseaux de mer volent en tous sens autour du bateau. Nous cochons parmi eux le Guillemot de Brunnich. A l’approche de l’ile, le spectacle devient impressionnant et le vacarme assourdissant. De très nombreuses Mouettes et quantité de Guillemots s’agglutinent sur les parois abruptes. Par endroit, pas la moindre place disponible !

L'île d'Hornoya
L’île d’Hornoya

La marée est basse et l’accès à l’ile sportif. Un affut a été construit au pied de la falaise et permet de profiter du spectacle des petits Pingouins, des Guillemots et des Mouettes volants à moins de 2m de nous tout en se protégeant de la pluie et du vent.

Hornoya
Hornoya
Guillemots de Brunnich (Hornoya)
Guillemots de Brunnich (Hornoya)
Macareux moines (Hornoya)
Macareux moines (Hornoya)

Nous photographions les Cormorans huppés derrière nous puis nous empruntons le sentier qui permet d’accéder au sommet de l’île. Défilé de nombreux oiseaux, observations très rapprochées, on se promène véritablement au sein de la colonie.

Guilemot de Troil (Hornoya)
Guilemot de Troil (Hornoya)

Nous croisons un chercheur et par chance c’est un français travaillant au CNRS de Montpellier. L’occasion de lui poser de nombreuses questions sur la vie de cette colonie. Le dénombrement des mouettes est difficile tellement elles sont nombreuses avec des parties de falaise peu visibles. Probablement plusieurs dizaines de milliers d’individus. Cette année, la reproduction est très mauvaise en raison d’une vague de froid s’étant abattu fin avril alors que les mouettes venaient de s’installer. Toute la colonie a été abandonnée durant plusieurs jours mais finalement, les oiseaux sont revenus et la reproduction a débuté tardivement. Toutefois, les dépressions se succèdent depuis rendant difficile le nourrissage des jeunes qui ont pu éclore. Autre particularité de cette colonie, c’est la seule de toute la Norvège à voir les effectifs de Guillemots croître. Plus de 25 000 troîl et plus d’un millier de Brunnich. Outre les dénombrements, les chercheurs travaillent aussi sur les déplacements des individus autour de la colonie. Certains se déplaçant à plus de 50 km pour se nourrir, notamment vers l’ouest en direction d’Hamningberg.

Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)

Une espèce remarquable est présente sur l’ile depuis un mois maintenant : une femelle de Pie-grièche écorcheur, bien loin de son habitat préférentiel !

Sur la plage d’un îlot en face l’ile d’Hornoya, un Phoque gris se prélasse tandis qu’un autre plonge dans les vagues.

Au sommet de l’ile, c’est le spectacle des Macareux qui nous attend. Nous surplombons les falaises et bravant le vent, nous nous livrons à une séance photo, avec pour objectif faire des images d’alcidés en vol. Certains sont pourchassés par les labbes parasites. D’ailleurs, une équipe de la BBC est présente sur l’île depuis plusieurs jours tentant de filmer avec une caméra haute définition ces véritables pirates ! Cela tombe bien pour eux, cette année, en plus des parasites, un couple de Grand Labbe s’est installé sur Rénoya, l’île voisine.

Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
Macareux moine (Hornoya)
hornoya (19)pingouin-torda
Pingouin torda (Hornoya)

Mais l’heure avance et nous redescendons au bateau accompagnés par les cris des Pipits à gorge rousse.

Pipit à gorge rousse (Hornoya)
Pipit à gorge rousse (Hornoya)
Hornoya
Phare d’Hornoya

Espèces observées sur Hornoya : Eider à duvet (Common Eider) 10, Harle bièvre (Common Merganser) 10, Cormoran huppé (European Shag), Pygargue à queue blanche (White-tailed Eagle) 3, Labbe parasite (Parasitic Jaeger) 6, Goéland argenté (European Herring Gull) 200, Goéland marin (Great Black-backed Gull), Mouette tridactyle (Black-legged Kittiwake), Guillemot de Troil (Common Murre), Guillemot de Brunnich (Thick-billed Murre), Pingouin torda (Razorbill), Macareux moine (Atlantic Puffin), Pipit farlouse (Meadow Pipit) 3, Pipit à gorge rousse (Red-throated Pipit) 3, Pipit maritime (Eurasian Rock Pipit) 6, Traquet motteux (Northern Wheatear) 3, Pie-grièche écorcheur (Red-backed Shrike) 1, Grand Corbeau (Northern Raven) 2, Linotte à bec jaune (Twite) 1.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *