Parc national du Djoudj – jour 1

Pélicans blancs, Djoudj
FacebookTwitter

Lundi 21 décembre

La nuit est encore noire pourtant bon nombre d’oiseaux sont déjà en vol. Aux cris plaintifs, nous reconnaissons des Dendrocygnes veufs qui passent par vols de plusieurs dizaines. Ils ont quitté leurs dortoirs et rejoignent les reposoirs dans les étangs à quelques centaines de mètres du campement. Des Oedicnèmes du Sénégal tournent autour de notre voiture et se mettent à leur tour à pousser des cris. Nul besoin ici de réveil ou de coq, les oiseaux locaux font l’affaire ! Les premières lueurs du jour apparaissent, c’est le signal.

Campement Ndiagabar,

Mare du campement Ndiagabar, Djoudj

Nous nous préparons pour notre première grande journée à la découverte du Parc national du Djoudj. Couvrant une zone d’environ 16 000 ha dans le delta du fleuve Sénégal, Le parc regroupe différents habitats qui contribuent à la grande richesse ornithologique du site. Autour d’un grand lac central, on trouve des marais plus ou moins eutrophisés, de vastes roselières, des canaux, le fleuve Sénégal ainsi que ses bras morts et des zones pré-désertiques à végétation rase et à buissons épars. Le tout forme un sanctuaire  pour toute une avifaune sahélienne mais aussi un grand nombre d’espèces venant de l’Europe. C’est en effet pour tout migrateur transsaharien,  la première véritable oasis où les conditions sont propices pour un hivernage complet. Anatidés, ardéidés, Limicoles se donnent ainsi rendez-vous sur les terres du Sénégal. On estime que le parc accueille plus d’un million et demi d’oiseaux. Crée en 1971, il fait partie du réseau des sites Ramsar traduisant l’importance de cette zone humide et en 1981, il a été classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.

Entrée du Djoudj

Entrée du Djoudj

Le spectacle débute dès les étangs devant l’entrée du parc. La pâle lumière matinale révèle d’importants reposoirs de Dendrocygnes veufs. Ils sont sur le qui-vive et à la moindre alerte ce sont plusieurs milliers d’oiseaux qui prennent leur envol.

Dendrocygnes veufs, Djoudj

Dendrocygnes veufs, Djoudj

D’autres espèces profitent des ressources alimentaires de ces zones en eau. Des Barges à queue noire, et elles sont nombreuses ainsi que des Bécasseaux minutes arpentant les rivages. Nous sommes surpris de voir qu’ils sont peu farouches. L’intensité lumineuse augmente, nous arrivons sur le bon créneau pour la lumière. Dans une portion de roselière, se tiennent les Hérons crabiers et de belliqueuses Aigrettes des récifs. Sans cesse à se chamailler, elles tolèrent difficilement la présence d’un autre individu à proximité.

Aigrette des récifs, Djoudj

Aigrette des récifs, Djoudj

Un Vanneau éperonné monte la garde devant l’entrée du parc, nous le dépassons et pénétrons enfin dans l’enceinte.

Vanneau éperonné, Djoudj

Vanneau éperonné, Djoudj

L’accueil n’est pas encore ouvert mais en nous voyant arriver, un garde s’empresse d’ouvrir le local. 5000 FCFA par tête et 10 000 pour la voiture, soit un total de 20 000 Francs CFA (30 euros) pour une journée à deux dans le parc. C’est plutôt cher ! Les tarifs ont été multipliés par 2,5 au mois de mai 2015 et à titre de comparaison, l’entrée dans le parc d’Etosha en Namibie, c’est 10 euros pour deux et la voiture par jour. Dans le parc Kruger en Afrique du sud l’entrée revient dans les mêmes conditions à 30 euros par jour si l’on ne prend pas la wildcard (bien moins cher avec) … Ces grands parcs africains n’ont rien de comparable avec le Djoudj. Ici pas de grande faune, aucun projet, aucun suivi rien qui puisse expliquer de tels tarifs ! On a du mal à comprendre la politique gouvernementale car ces mesures vont être un frein supplémentaire au développement éco-touristique de ces zones reculées dans un contexte déjà peu réjouissant. Le tourisme est en berne dans le pays depuis plusieurs années suite à la crise en Europe,  Ebola et maintenant les pressions islamistes dans les pays voisins. Si on ajoute le fait que ce soit, pour un touriste, un des pays africains aux tarifs les plus élevés …

Il est possible de visiter le parc avec sa propre voiture et de prendre un guide qui vous fera découvrir les merveilles qu’il recèle, de louer une calèche avec son cocher ou alors comme nous avons fait, de se débrouiller seul. Il n’y aucun plan fourni mais ce n’est pas bien grave, on aime bien se balader au gré des pistes et avoir ce sentiment de découverte, un peu comme si nous étions les premiers à venir explorer ces paysages. On se lance. On passe devant la station biologique (où l’on peut aussi être hébergé) et prenons le temps d’observer sur les zones en eau voisines, les Barges à queue noire, les Oedicnèmes du Sénégal, les Guêpiers nains et autres Combattants.

Guêpier nain, Djoudj

Guêpier nain, Djoudj

La piste suit à présent la digue puis à la première intersection, on prend à droite en prenant une digue secondaire. A droite des roselières, à gauche, de vastes étendues semi-désertiques parsemées de petites mares … on adore !

Djoudj

Djoudj

Nous sommes seuls et les milieux à prospecter sont vastes. Il y a de quoi y passer une semaine ici pour découvrir tous les recoins et les trésors cachés de ce parc.  Des échasses et les combattants sont les principaux occupants  de ces petites mares. Nous repérons de loin un mirador. C’est notre cap et nous parvenons au bord du marigot de Khar. Marigot, ce n’est pas un mot que j’emploie tous les jours. La dernière fois que j’ai du voir ce mot, c’est dans les écrits de Théodore Monod, Méharées ou l’Emeraude des Garamantes, je ne sais plus. En tout cas, on se sent bien en Afrique !

Observatoire du Djoudj

Observatoire du Marigot de Khar, Djoudj

Secteur du Grand lac, Djoudj

Le marigot de Khar, Djoudj

Dans les buissons bordant le point d’eau, des chants en sourdine s’élèvent. Ils sont familiers. Un petit temps est nécessaire au cerveau pour mettre les chants en face des noms des espèces. Fauvettes passerinettes. Elles sont omniprésentes. Ça chante de partout. On regarde les cartes de répartition qui confirment que l’espèce est bien présente à travers le Sénégal. La zone d’hivernage de cette fauvette forme une bande s’étirant d’est en ouest de l’Afrique sur environ 500 km de large. Elle semble dépendre d’un type d’habitat particulier, fuyant les zones totalement désertiques mais aussi les zones à végétation tropicale. Autre espèce paléarctique, une Pie-grièche à tête rousse vient se percher sur un buisson voisin. Quel plaisir de découvrir enfin l’autre univers de nos oiseaux. Pouvoir découvrir les milieux que colonisent ces espèces une fois qu’elles ont quitté l’Europe, savoir qu’elles chantent (pour les fauvettes et les pouillots) sur leurs lieux d’hivernage est très enrichissant. Une bande de Guêpiers de Perse nous survole puis c’est au tour de nuées d’Hirondelles de rivage de voltiger en tous sens. Nous grimpons sur l’observatoire pour découvrir ce marigot. Beaucoup de Flamants roses au loin et encore plus loin un gros groupe de Flamants nains. C’est par centaines qu’ils décollent à la moindre alerte offrant un magnifique spectacle haut en couleur. Le rose est bien présent sous ce beau soleil sénégalais !

Un Busard des  roseaux, autre transfuge européen, survole le rivage et fait décoller un groupe d’Aigrettes garzettes.

Busard des roseaux, Djoudj

Busard des roseaux, Djoudj

Busard des roseaux, Djoudj

Busard des roseaux, Djoudj

Des cris devant nous, ce sont des Alcyons pies querelleurs, occupés à se battre pour les meilleurs perchoirs. De nombreuses Sarcelles d’été, quelques Ibis falcinelles, une Spatule blanche et un Balbuzard viennent terminer ce tableau de choix.

Spatule blanche, Djoudj

Spatule blanche, Djoudj

Alcyon pie, Djoudj

Alcyon pie, Djoudj

Phacochère, Djoudj

Phacochère, Djoudj

Nous reprenons la piste et roulons vers l’est. Une forme sombre attire notre attention à l’ombre d’un buisson à 50 m environ. Marche arrière lentement mais, se sentant découvert, un Loup doré (ou Chacal du sénégal, Canis anthus) se redresse et s’enfuit rapidement. Ce n’est qu’une fois en sécurité à plus de 150 m qu’il s’arrête et se retourne pour nous observer quelques instants. Il reprend sa marche, gravit la dune, jette un dernier regard en arrière et disparait. Il est intéressant de remarquer qu’il adopte la même stratégie que les Chacals à chabraque qui, au petit matin, s’endorment au pied d’un buisson pour s’y abriter durant la journée de la morsure du soleil.

Chacal du Sénégal, Djoudj

Chacal du Sénégal, Djoudj

Chacal du Sénégal, Djoudj

Chacal du Sénégal, Djoudj

Un deuxième mirador est en vue. Des Phacochères en balade, des oiseaux, mais assez loin. Ce sont principalement des canards (Dendrocygnes, souchets et pilets) mais il y a aussi des reposoirs de Spatules blanches et de Sternes Caspiennes. Plus de 100 oiseaux pour ces deux dernières espèces.  Quant aux Avocettes, on en dénombre plus de 300. A l’approche du 3ème mirador, un groupe d’une 20aine de  Singes Patas traversent la piste et, fidèles à leurs habitudes, s’éloignent très rapidement. Ici pas de Dendrocygnes mais de beaux rassemblements de Canards souchets et pilets tandis qu’un balbuzard sème la panique en les survolant.

Phacochères, Djoudj

Phacochères, Djoudj

Groupe de canards, Djoudj

Groupe de canards, Djoudj

Sur la piste menant au 4ème mirador, un couple de Moinelette à oreillons blancs, peu farouche, avance lentement devant notre voiture. Les deux adultes se nourrissent au pied des petites touffes d’herbes et sont rapidement rejoints par un jeune à peine volant. Les trois oiseaux finissent par s’envoler dégageant la piste pour que nous puissions avancer.

Moinelette à oreillons blancs, jeune, Djoudj

Moinelette à oreillons blancs, jeune, Djoudj

Moinelette à oreillons blancs, mâle, Djoudj

Moinelette à oreillons blancs, mâle, Djoudj

Moinelette à oreillons blancs, femelle, Djoudj

Moinelette à oreillons blancs, femelle, Djoudj

Sur notre droite, deux impressionnants oiseaux décollent des prairies à présent jaunies par le manque d’eau. Des grues et pas n’importe lesquelles, une nouvelle espèce pour nous, des Grues couronnées. Elles sont vraiment farouches car nous sommes à plus de 300m. Elles ne nous donnent aucune chance de les photographier. Les brumes de chaleur sont là et en plus elles disparaissent tout au fond sur l’horizon. Sur les étendues du grand lac, de belles concentrations de Sarcelles  d’été, de Souchets et de Balbuzards (9 oiseaux). Côté nord, durant notre pique nique, deux Cigognes noires qui étaient restées dissimulées dans la végétation riveraine prennent leur envol, dessinent quelques orbes. C’est sans mal qu’elles prennent de la hauteur car en cette mi-journée, les thermiques sont bien présents. La léthargie nous gagne,  et c’est en compagnie d’un couple de Gravelot pâtre que nous faisons une petite sieste à l’ombre de l’observatoire.

Gravelot pâtre, Djoudj

Gravelot pâtre, Djoudj

Libellule, Djoudj

Libellule, Djoudj

Observatoires près du grand lac, Djoudj

Rivage du grand lac, Djoudj

Observatoires près du grand lac, Djoudj

Observatoires près du grand lac, Djoudj

Djoudj

Paysage du Djoudj

En début d’après midi, nous faisons demi-tour, croisons des Chevaliers stagnatiles ainsi qu’un Tantale ibis le long de la digue principale qui nous emmène vers l’embarcadère.

djoudj (29)tantale-ibis

Tantale ibis

Un rapace fonce sur nous, nous hésitons sur son identification jusqu’à ce qu’il se perche sur le pylône juste devant nous. Pas de doute, c’est un Balbuzard pêcheur. Encore un migrateur à la recherche de cieux cléments !

djoudj (30)balbuzard-pecheur

Balbuzard pêcheur, Djoudj

Autre surprise dans le marigot, un énorme Varan du Nil déambule lentement à découvert avant de se réfugier dans la végétation.

Varan du Nil, Djoudj

Varan du Nil, Djoudj

Plus loin deux espèces cousines se partagent le même marais. Tournant la tête de droite à gauche, une Spatule blanche d’Europe accompagne une Spatule africaine.

Spatule blanche (gauche) et Spatule africaine, Djoudj

Spatule blanche (gauche) et Spatule africaine, Djoudj

Hier soir, nous avons réservé une sortie en pirogue sur un bras mort du fleuve Sénégal. C’est un peu le clou du spectacle pour tout visiteur du Parc du Djoudj. Vers 15h30, nous sommes sur place. Le guide est prêt mais pas nous. Il fait encore trop chaud et la balade devant durer 1h30 nous préférons attendre que la lumière soit moins dure. En attendant, nous profitons du ballet des Guifettes moustacs, surprenantes avec leur plumage d’hiver que nous n’avons que rarement l‘occasion d’observer. Deux Sternes caspiennes passent au dessus, quel contraste de taille avec l’espèce précédente !

Guifette moustac, Djoudj

Guifette moustac, Djoudj

Guifette moustac, Djoudj

Guifette moustac, Djoudj

Mais le spectacle ce sont les pélicans qui l’assurent. Deux groupes de plusieurs dizaines d’individus se partagent cette portion du bras mort.

Pélican blanc, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Dans chaque groupe, les Pélicans nagent de concert puis dans un mouvement parfaitement synchronisé, plongent tout ou partie du corps  formant de belles gerbes d’eau. Un à un ils remontent vers la surface, certains avec un poisson, d’autres sans. Le manège se reproduit plusieurs fois, les pélicans poursuivant les bancs de poisson depuis la surface sans qu’ils ne puissent les voir  tellement l’eau est trouble. Comment font-ils ? y a-t-il des signaux qui nous échappent comme des petites bulles, des mouvements d’eau qui trahissent la présence des poissons à un endroit donné ?

Pélicans blancs, Djoudj

Pélicans blancs, Djoudj

Pélicans blancs, Djoudj

Pélicans blancs, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

16h, l’heure du départ. Nous sommes seuls à embarquer sur la petite pirogue. Le moteur est un peu récalcitrant au démarrage ce qui nous vaut de percuter des piliers en béton. Visiblement la pirogue en a connu d’autres. Le guide est sympa, il connait bien les oiseaux et c’est avec plaisir qu’il met à chaque fois la pirogue en position pour que nous puissions faire des photos. Nous passons devant les deux groupes de Pélicans et devant des reposoirs mixtes de Cormorans africains et de Cormorans à poitrine blanche. D’ailleurs, il y en a un qui couve. Quel décalage par rapport à la France !

Cormorans africains, Djoudj

Cormorans africains, Djoudj

Cormoran à poitrine blanche, Djoudj

Cormoran à poitrine blanche, Djoudj

Des Anhingas d’Afrique se sèchent à présent au doux soleil de cette fin de journée.

Anhinga d'Afrique, Djoudj

Anhinga d’Afrique, Djoudj

Anhinga d'Afrique, Djoudj

Anhinga d’Afrique, Djoudj

Un Pygargue vocifère adulte trône au sommet d’un arbre tandis que plus loin, c’est un immature qui nous regarde nous approcher. Lorsqu’il juge que nous sommes en deçà de sa distance de sécurité, il prend son envol. Le Djoudj constitue la limite nord de l’aire de répartition de cette espèce typiquement africaine qui profite ici, de l’abondance de vie qu’amène le fleuve Sénégal. Plus au nord, le milieu devient inhospitalier, il n’y a plus de grand fleuve, plus de marais, rien qu’un océan de sable et de pierres.

Pygargue vocifère immature, Djoudj

Pygargue vocifère immature, Djoudj

djoudj (39)pygargue-vocifere

Pygargue vocifère, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

Sur les feuilles flottantes des nénuphars en fleurs, vagabondent de graciles Jacanas. Ils ne sont pas faciles à approcher mais quand on y parvient, le résultat est toujours sympa.

Jacana à poitrine dorée, Djoudj

Jacana à poitrine dorée, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Par endroits, ce sont des tapis de fleurs bleues qui couvrent les baies tranquilles. Ces milieux sont favorables aux Hérons crabiers et à une toute petite espèce de canard au plumage très coloré, l’Anserelle naine. Pas de chance, deux prennent leur envol avant que nous n’ayons réussi à les détecter. Impossible de faire la moindre photo, juste le temps de les observer aux jumelles tellement elles sont rapides. Elles disparaissent derrière une roselière. Notre pirogue n’est pas assez rapide, nous n’essayons même pas de nous lancer à leur poursuite.

Héron crabier, Djoudj

Héron crabier, Djoudj

Héron crabier, Djoudj

Héron crabier, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Nénuphars, Djoudj

Les méandres s’enchaine lentement ce qui permet de profiter pleinement de cette balade. Beaucoup d’oiseaux dans des reposoirs qui avec l’heure avançant deviennent des dortoirs. S’il fallait comparer cette sortie avec celle faites l’été dernier sur le fleuve Okavango, nous pourrions dire que nous avons vu encore plus d’oiseaux ici … Sur la berge, de gros Varans profitent de la chaleur ainsi que d’autres gros reptiles … des Crocodiles.

Varan du Nil, Djoudj

Varan du Nil, Djoudj

Nous apercevrons deux beaux spécimens d’environ deux mètres de long. Nous mesurons pleinement la chance de pouvoir observer ces Crocodiles d’Afrique de l’Ouest (Crocodylus suchus). Longtemps considérés comme une sous espèce du Crocodile du Nil, ils sont pourtant bien distincts d’un point de vue génétique.  Si par le passé la répartition de cette espèce se prolongeait vers le nord, ce n’est quasiment plus le cas aujourd’hui. Au Maroc, les derniers spécimens contactés l’ont été au début des années 1950. Aujourd’hui mises à part de rares populations reliques vivant dans quelques gueltas perdues au milieu du désert mauritanien ou tchadien, c’est ici, au Djoudj que se trouve la limite nord pour cette espèce. Il est curieux de se dire que des crocodiles vivent en plein désert, loin de tout grand fleuve ou toute zone de marais. Comment ont-ils pu se retrouver là ? Il faut remonter dans le temps, il y a 10 000 ans pour trouver l’origine. La Sahara était à l’époque une région humide avec des marais propices pour les grands reptiles. Lorsque le climat a changé, que les pluies sont devenues moins abondantes, le désert à pris le dessus piégeant les crocodiles dans les dernieres oasis hospitaliers. Un programme de réintroduction devrait être entrepris au Maroc, dans le Bas-Drâa où l’on trouve encore des milieux favorables pour l’espèce.*

Crocodile d'Afrique de l'ouest, Djoudj

Crocodile d’Afrique de l’ouest, Djoudj

Crocodile d'Afrique de l'ouest, Djoudj

Crocodile d’Afrique de l’ouest, Djoudj

Crocodile d'Afrique de l'ouest, Djoudj

Crocodile d’Afrique de l’ouest, Djoudj

La balade atteint son point ultime avec la colonie de Pélicans Blancs. De gros jeunes au plumage noir se tiennent au milieu des adultes. Selon notre guide, ils seraient 4500 couples sur cet ilot … Nous restons à distance, les observons quelques instants puis les laissons tranquilles.

Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

Pélicans blancs, Djoudj

Pélicans blancs, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Pélican blanc, Djoudj

Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

Dendrocygnes veufs, Djoudj

Dendrocygnes veufs, Djoudj

Dendrocygnes veufs, Djoudj

Dendrocygnes veufs, Djoudj

Sur le retour, nous croisons un Balbuzard pêcheur profitant des dernières belles lumières ainsi qu’un Pygargue vocifère.

Balbuzard pêcheur, Djoudj

Balbuzard pêcheur, Djoudj

Balbuzard pêcheur, Djoudj

Balbuzard pêcheur, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

Pygargue vocifère, Djoudj

La journée a été bien remplie, et c’est avec plaisir que nous retrouvons notre campement. Nous effectuons un dernier arrêt pour photographier une Barge à queue noire ainsi qu’un Chevalier aboyeur alors que la lumière devient limite.

Chevalier aboyeur, Djoudj

Chevalier aboyeur, Djoudj

Barge à queue noire, Djoudj

Barge à queue noire, Djoudj

Nous sommes surpris par de grosses chauves-souris que nous prenons quelques instants pour des Engoulevents. Elles chassent sur le petit plan d’eau voisin durant 5 minutes avant de disparaître dans la nuit. Nous clôturons notre journée par un bon repas, un couscous sénégalais !

Repas à Ndiagabar, Djoudj

Repas à Ndiagabar, Djoudj

* Source : http://geres-asso.org/fiche_crocodile_afrique_ouest.html

Toutes nos photos du Sénégal

Espèces d’oiseaux observées sur la journée :

Dendrocygne veuf White-faced Whistling-Duck Dendrocygna viduata 10000
Oie armée de Gambie Spur-winged Goose Plectropterus gambensis 1
Anserelle naine African Pygmy-Goose Nettapus auritus 2
Canard souchet Northern Shoveler Anas clypeata 4000
Canard pilet Northern Pintail Anas acuta 15000
Sarcelle d’été Garganey Anas querquedula 700
Grèbe castagneux Little Grebe Tachybaptus ruficollis 15
Grèbe à cou noir Eared Grebe Podiceps nigricollis 5
Flamant rose Greater Flamingo Phoenicopterus roseus 1000
Flamant nain Chilean Flamingo Phoenicopterus chilensis 600
Cigogne noire Black Stork Ciconia nigra 13
Tantale ibis Yellow-billed Stork Mycteria ibis 7
Cormoran à poitrine blanche Great Cormorant (White-breasted) Phalacrocorax carbo lucidus 600
Cormoran africain (des roseaux) Long-tailed Cormorant Phalacrocorax africanus 30
Anhinga d’Afrique African Darter Anhinga rufa 10
Pélican blanc Great White Pelican Pelecanus onocrotalus X
Héron cendré Gray Heron Ardea cinerea 15
Héron pourpré Purple Heron Ardea purpurea 5
Grande Aigrette Great Egret Ardea alba 15
Aigrette garzette Little Egret Egretta garzetta 4
Aigrette ardoisée Black Heron Egretta ardesiaca 1
Crabier chevelu Squacco Heron Ardeola ralloides 15
Bihoreau gris Black-crowned Night-Heron Nycticorax nycticorax 2
Ibis falcinelle Glossy Ibis Plegadis falcinellus 30
Ibis sacré Sacred Ibis Threskiornis aethiopicus 1
Spatule blanche Eurasian Spoonbill Platalea leucorodia 134
Spatule africaine African Spoonbill Platalea alba 1
Balbuzard pêcheur Osprey Pandion haliaetus 13
Busard des roseaux Eurasian Marsh-Harrier Circus aeruginosus 10
Milan à bec jaune Milvus migrans parasitus X
Pygargue vocifère African Fish-Eagle Haliaeetus vocifer 4
râle à bec jaune Black Crake Amaurornis flavirostra 10
Gallinule poule d’eau Eurasian Moorhen Gallinula chloropus 10
Grue couronnée Black Crowned-Crane Balearica pavonina 2
Oedicnème du Sénégal Senegal Thick-knee Burhinus senegalensis 5
Echasse blanche Black-winged Stilt Himantopus himantopus 300
Avocette élégante Pied Avocet Recurvirostra avosetta 30
Vanneau éperonné Spur-winged Lapwing Vanellus spinosus 100
Gravelot pâtre Kittlitz’s Plover Charadrius pecuarius 5
Gravelot à collier interrompu Kentish Plover Charadrius alexandrinus 1
Grand Gravelot Common Ringed Plover Charadrius hiaticula 12
Petit gravelot Little Ringed Plover Charadrius dubius 3
Jacana à poitrine dorée African Jacana Actophilornis africanus 40
Chevalier guignette Common Sandpiper Actitis hypoleucos 5
Chevalier culblanc Green Sandpiper Tringa ochropus 2
Chevalier arlequin Spotted Redshank Tringa erythropus 1
Chevalier aboyeur Common Greenshank Tringa nebularia 3
Chevalier stagnatile Marsh Sandpiper Tringa stagnatilis 4
Chevalier sylvain Wood Sandpiper Tringa glareola 15
Courlis cendré Eurasian Curlew Numenius arquata 1
Barge à queue noire Black-tailed Godwit Limosa limosa 100
Combattant varié Ruff Philomachus pugnax 150
Bécasseau variable Dunlin Calidris alpina 40
Bécasseau minute Little Stint Calidris minuta 40
Bécassine des marais Common Snipe Gallinago gallinago 5
Glaréole à collier Collared Pratincole Glareola pratincola 60
Goéland railleur Slender-billed Gull Chroicocephalus genei 1
Mouette rieuse Black-headed Gull Chroicocephalus ridibundus 1
Sterne hansel Gull-billed Tern Gelochelidon nilotica 20
Sterne caspienne Caspian Tern Hydroprogne caspia 140
Guifette moustac Whiskered Tern Chlidonias hybrida 20
Tourterelle rieuse African Collared-Dove Streptopelia roseogrisea 30
Tourtelette masquée Namaqua Dove Oena capensis 20
Engoulevent à longue queue Long-tailed Nightjar Caprimulgus climacurus 2
Coliou huppé Blue-naped Mousebird Urocolius macrourus 4
Martin-pêcheur huppé Malachite Kingfisher Corythornis cristatus 2
Alcyon pie Pied Kingfisher Ceryle rudis 6
Guêpier de Perse Blue-cheeked Bee-eater Merops persicus 50
Faucon crécerellette Lesser Kestrel Falco naumanni 1
Pie-grièche méridionale Southern Grey Shrike Lanius meridionalis 1 elegans
Pie-grièche à tête rousse Woodchat Shrike Lanius senator 1f
Moinelette à oreillons blancs Chestnut-backed Sparrow-Lark Eremopterix leucotis 1M,1f,1j
Cochevis huppé Crested Lark Galerida cristata X
Hirondelle de rivage Sand Martin Riparia riparia 200
Bulbul des jardins Common Bulbul Pycnonotus barbatus 1
Pouillot véloce Common Chiffchaff Phylloscopus collybita 4
Phragmite des joncs Sedge Warbler Acrocephalus schoenobaenus 3
Cisticole roussâtre Winding Cisticola Cisticola galactotes 2
Fauvette à tête noire Blackcap Sylvia atricapilla 1m
Fauvette passerinnette Subalpine Warbler Sylvia cantillans 20
Tarier des prés Whinchat Saxicola rubetra 1
Traquet motteux Northern Wheatear Oenanthe oenanthe 2
Bergeronnette printanière Western Yellow Wagtail Motacilla flava 350
Bergeronnette grise White Wagtail Motacilla alba 10
Travailleur à bec rouge Red-billed Quelea Quelea quelea 10
Astrild cendré Black-rumped Waxbill Estrilda troglodytes 6

Vous aimerez aussi

2 commentaires

  • Bonjour,

    J’essaie d’organiser un séjour au Sénégal et je viens de parcourir votre site avec intérêt, merci.
    Pour info, vous avez photographié une Libelludidae (Libellule, Djoudj) qui est l’espèce suivante :

    Brachythemis leucostica

    Bien cordialement,
    Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *