FacebookTwitter

6 mars 2016

Malgré le fort mistral annoncé, nous décidons de faire un tour aux anciennes gravières du Puy-Sainte-Réparade, zone la plus abritée ce matin. Sur la première gravière, les Cygnes tuberculés ont déjà installé leur nid. Les Grèbes huppés n’en sont quant à eux qu’au stade des parades nuptiales. Les foulques et les nombreuses poules d’eau s’alimentent en bordure de la roselière que nous scrutons à la recherche des marouettes, mais en vain. Le printemps approche malgré la fraicheur matinale : au milieu des Hirondelles de rocher qui chassent au-dessus de l’eau nous repérons 3 rustiques, 5 de fenêtre et 2 de rivage.

Hirondelle de rocher, gravières du Puy-sainte-Réparade
Hirondelle de rocher, gravières du Puy-sainte-Réparade

Ce ne sont pas les seuls migrateurs ce matin : au-dessus de la ripisylve bordant la Durance, un Milan noir, notre 1er pour 2016, est houspillé par 2 Corneilles noires, faisant décoller à leur passage un groupe d’une centaine de Pigeons ramiers en halte migratoire.

Pigeon ramier, gravières du Puy-sainte-Réparade
Pigeon ramier, gravières du Puy-sainte-Réparade

Au bord de la 6ème gravière l’ambiance est calme. Le vent s’est renforcé et les oiseaux se sont réfugiés dans la roselière. Pas de chant de lusciniole, pas de marouette non plus, seules 19 Sarcelles d’hiver abritées derrière les roseaux se prélassent au soleil. Les Pouillots véloces sont en pleine remontée. Ils moucheronnent autour des buissons.

Pouillot véloce, gravières du Puy-sainte-Réparade
Pouillot véloce, gravières du Puy-sainte-Réparade

Petite séance sur un groupe de Mésange bleue s’alimentant dans les chatons des peupliers. La lumière est encore belle et les sujets plutôt coopératifs.

Mésange bleue, gravières du Puy-sainte-Réparade
Mésange bleue, gravières du Puy-sainte-Réparade
Mésange bleue, gravières du Puy-sainte-Réparade
Mésange bleue, gravières du Puy-sainte-Réparade

Vous aimerez aussi

2 Replies to “Le retour des migrateurs sur les gravières du Puy-Sainte-Réparade”

    1. merci ! c’est vrai que nous non plus on n’y a pas été de tout l’hiver et dimanche c’était le seul endroit à peu près épargné par le mistral …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *