FacebookTwitter

Le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola), migrateur trans-saharien, est le passereau le plus menacé d’extinction en Europe continentale et est classé comme « vulnérable » sur la liste rouge de l’UICN. Il niche dans l’Est de l’Europe. La principale population se situe en Europe centrale et compte environ 12000 mâles chanteurs. D’autres noyaux de population se rencontrent en Hongrie, en Poméranie et en Sibérie occidentale. Les oiseaux qui nichent dans l’est de la Pologne appartiennent donc au principal noyau de population. Un recensement effectué en 2007 estimait la population polonaise à environ 2600 mâles chanteurs répartis sur 3 sites principaux. Avec 2000 mâles chanteurs, la vallée de la Biebrza constitue le plus important site de reproduction pour le pays et même pour l’Union européenne et le deuxième au monde (1). Elle accueille ainsi 90% de la population du pays et 16% de la population globale. Contrairement au Phragmite des joncs, le Phragmite aquatique est particulièrement exigeant. Il affectionne les prairies humides à petites hélophites faiblement inondées avec une végétation entre 50 cm et 1m, et ce durant la totalité de son cycle écologique. Il évite donc les zones où l’eau est trop profonde avec une végétation trop haute. Ce caractère spécialisé permet de comprendre sa nette régression sur son aire de répartition : la modification de son habitat, notamment liée à la modification des pratiques agricoles et au drainage des tourbières, est la menace essentielle qui pèse sur cette espèce. Dans la vallée de la Biebrza, les roseaux étaient autrefois récoltés à la faux ce qui permettait d’éviter la fermeture des milieux. Cette pratiques est désormais abandonnée. En 1994, un grand incendie a également entrainé une forte minéralisation du sol. Même ici, l’espèce avait commencé à régresser. Heureusement, la création du parc national et la mise en place de mesures de gestion adaptées à cette espèces ont permis d’obtenir des résultats très positifs. Voici donc le compte-rendu d’une journée consacrée à l’observation de cette espèce emblématique.

Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza

Mercredi 12 juillet

Les nuages de la veille se sont dissipés. Au petit matin, une brochette de jeunes hirondelles rustiques se fait sécher sous le timide soleil matinal.

Jeunes hirondelles rustiques dans le camping
Jeunes hirondelles rustiques dans le camping
Jeunes hirondelles rustiques dans le camping
Jeunes hirondelles rustiques dans le camping

Direction Barwik, point de départ d’une balade au milieu des prairies humides. Dans le sous-bois, les libellules sont nombreuses à commencer à prendre le soleil. Il s’agit essentiellement de sympétrums sanguins.

Sympétrum sanguin, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Sympétrum sanguin, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza

De temps à autre, c’est un caloptéryx vierge qui vient se poser sur les conifères. Avec ses ailes d’un bleu vif, il ne passe pas inaperçu.

Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Caloptéryx vierge, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza

Un pouillot siffleur pousse son cri tandis que quelques mésanges boréales sautillent de branche en branche. Petit à petit, le sentier sort de la forêt pour gagner les zones ouvertes parsemées de buissons.

Paysages le long du sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Paysages le long du sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza

Les passereaux sont particulièrement nombreux et encore assez actifs : pouillots fitis, hypolaïs ictérines, rossignoles prognés, bruants jaunes et des roseaux font de brèves apparitions à découvert avant de replonger dans la végétation.

Bruant jaune, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Bruant jaune, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Bruant des roseaux, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Bruant des roseaux, sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza

Une bécassine des marais, perchée sur l’observatoire, surveille les alentours. A notre approche, elle prend son envol. Ce site est d’ailleurs un bon endroit pour l’observation des parades des bécassines. La bécassine sourde et la double peuvent également être contactées ici mais plus tôt en saison.

Bécassine des marais postée sur l'observatoire le long du sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza
Bécassine des marais postée sur l’observatoire le long du sentier au départ de Barwik, Parc national de Biebrza

Nous passons un petit moment depuis ce premier point de vue qui sera l’occasion de voir passer un busard cendré. Nous continuons le chemin en direction du second observatoire. Des cris attirent notre attention. Pas de doute, il s’agit bien des roselins cramoisis. 2 mâles se chamaillent tandis que volètent de-ci de-là les jeunes de l’année, quémandant à tout va. Quand nous arrivons au deuxième observatoire, il est déjà tard en matinée et l’ambiance bien plus calme. Il est temps de faire demi-tour.

Oiseaux observés sur le sentier de Barwik

Repas au restaurant de Dwor Dobarz où vous pourrez déguster les spécialités locales dans un cadre très pittoresque pour un tarif tout à fait acceptable (comptez environ 10€ pour un plat).

Le restaurant de Dwor Dobarz
Le restaurant de Dwor Dobarz

Reprise du terrain dans l’après-midi avec un stop à la tour d’observation  de Krienicka biel. Un élan broute paisiblement au milieu de la prairie tandis qu’un lointain aigle pomarin survole la zone.

Tour d'observatoire de Krynicka Biel
Tour d’observatoire de Krynicka Biel
Vue depuis l'observatoire de Krynicka Biel
Vue depuis l’observatoire de Krynicka Biel

Nous continuons la route jusqu’à Zajki pour emprunter une piste menant à un petit observatoire. Nous croisons une famille de barge à queue noire. Veillant sur leur progéniture, les adultes n’hésitent pas à voler au-dessus de nos têtes pour nous intimider.

Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Barge à queue noire, marais de Zajki, Parc national de Biebrza

Alors que nous poursuivons le long de la piste, le milieu devient favorable au phragmite aquatique. Installés dans le petit observatoire, nous en contactant au moins 5, chantant tour à tour.

Marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Marais de Zajki, Parc national de Biebrza
Oiseaux observés sur les marais de Zajki

Mais les nuages commencent à s’amonceler à nouveau et la pluie finit par tomber. La piste étant assez peu praticable, nous préférons rebrousser chemin. Nous profitons de l’averse pour faire un tour dans les environs et faire quelques images d’ambiance sous les rayons du soleil perçant les nuages sombres.

Après l'orage
Après l’orage
Village
Village
Après l'orage
Après l’orage
Après l'orage
Après l’orage
Après l'orage
Après l’orage
Après l'orage
Après l’orage
Après l'orage
Après l’orage

Par chance, ils se dissipent assez rapidement et nous aurons droit à une belle lumière pour cette fin de journée. Direction la plateforme d’observation de Dluga luka à laquelle on accède par un chemin sur pilotis à travers les marais de Bagno Lawki.

Phragmitaie de Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmitaie de Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmitaie de Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmitaie de Bagno Lawki, Parc national de Biebrza

Si on me demandait où observer le phragmite aquatique à Biebrza, je répondrais qu’il s’agit probablement du meilleur endroit. La densité y est importante et les conditions d’observations vraiment géniales. Certains oiseaux se perchent à proximité du chemin pour chanter mais décollent au passage des quelques touristes. Il faut donc s’armer de patience pour attendre la bonne occasion ! Nous avions déjà observé cette année cet oiseau emblématique en France au bord de l’étang de Canet-Saint-Nazaire en halte migratoire. C’est un vrai plaisir que de pouvoir l’observer à nouveau, cette fois-ci sur ses sites de reproduction. Nous passerons donc un bon moment sur la petite plate-forme pour faire quelques images et profiter des ambiances sonores. Cela n’arrive pas souvent d’écouter un concert de phragmite aquatique !

Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Phragmite aquatique, Bagno Lawki, Parc national de Biebrza
Oiseaux observés sur Bagno Lawki

Pour finir la journée, nous empruntons le sentier de Grobla Honczarowska. Après avoir passé la forêt, nous arrivons à nouveau dans une vaste prairie humide propice aux phragmites aquatiques. Nous en dénombrons une douzaine. Un râle des genêts décolle pour disparaître rapidement dans la végétation haute d’où dépassent les bois ou les oreilles de quelques élans malheureusement assez lointains. Nous rentrons à la nuit tombée au milieu de myriades de moustiques. Impossible de s’arrêter pour observer ou écouter sans être littéralement dévorés. Nous croisons une femelle d’élan accompagnée de son jeune. Nous accélérons le pas, toujours escortés par les nuages d’insectes tandis que le vrombissement des ailes d’une bécassine des marais nous parvient.

Espèces observées sur le sentier de Grobla Honczarowska

(1) Pen Ar Bed n°206, Le phragmite aquatique, espèce mondialement menacé~
Actes du séminaire du Life « Conservation du phragmite aquatique en Bretagne »,janvier 2004 – avril 2009

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *