Le Golfe de Valinco

Capu di Muru, le golfe de Valinco
FacebookTwitter

Jeudi 27 juillet 2017

C’est parti pour une virée corse accompagnée par mes amis venus de l’île Maurice. Départ de Nice malheureusement retardé. La traversée se fera majoritairement de nuit, ce qui ne nous permettra d’observer qu’un seul rorqual assez lointain. Nous arrivons à Ajaccio vers une heure du matin et trouvons rapidement un camping au sud de la ville.

Vendredi 28 juillet

Nous sommes réveillés par les cris des guêpiers, il y a bien plus désagréable comme ambiance ! Le ciel est un peu couvert. Après avoir démonté les tentes, nous prenons la route : direction le sud pour découvrir la côte ouest de l’île. Ce n’est pas la meilleure période de l’année du point de vue naturaliste et les oiseaux sont très discrets en cette période de sécheresse. Ce sera donc balade et snorkeling ! La rando du jour se fera autour du Capu di Muru. Pour y accéder suivez la D55 puis D155 que vous quittez en direction de Figoni pour rejoindre le petit parking de Monte Bianco. C’est de là que part le sentier qui permet de faire le tour du cap. Comptez environ 3 heures pour faire la totalité du parcours.

Anse cacao depuis la pointe Guardiola

Anse cacao depuis la pointe Guardiola

Il est déjà tard quand nous empruntons le sentier qui permet d’accéder à la Tour de Capu di Muru. Les nuages du matin se sont vite dissipés et c’est sous un soleil de plomb que nous commençons à marcher. Les oiseaux sont silencieux, seuls quelques pachas à deux queues, ces grands papillons aux ailes noires bordées d’orange, nous accompagnent. Depuis la tour nous jouissons d’une vue magnifique sur l’anse Cacao. Le chemin monte ensuite sur la gauche avant de redescendre vers la mer au milieu des formations rocheuses.

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Il fait à présent très chaud et les oiseaux se mettent à l’abri recherchant la moindre zone d’ombre comme ces deux grands corbeaux.

Grands corbeaux s'abritant du soleil dans les rochers du Capu di Muru

Grands corbeaux s’abritant du soleil dans les rochers du Capu di Muru

Le sentier longe à présent la côte pour arriver sous le phare à une petite chapelle.

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Capu di Muru

Nous passons cette fois-ci du côté du golfe de Valinco et finissons par remonter au parking.

Capu di Muru, le golfe de Valinco

Capu di Muru, le golfe de Valinco

Nous reprenons la route et continuons à longer la côte vers le sud en direction de Propriano en cherchant un endroit pour dormir. Nous n’avons réserver aucun camping et verrons bien ce que nous trouverons. Une pancarte indiquant un camping à l’intersection entre la D155 et la D355 descendant vers la Baie de Cupabia ne nous semble pas trop mal ! Le coin est assez isolé et le cadre magnifique ! Le camping semble bondé mais cela ne dérange pas les propriétaires « si vous trouvez une place où vous mettre c’est ok ». Nous finissons par trouver une petite place pour nos deux tentes entre les campements des Italiens, l’ambiance est très conviviale et bonne enfant, un camping « communautaire » comme disent nos voisins ! Le seul inconvénient : pour prendre une douche avec de l’eau chaude, mieux vaut ne pas être pressé, il n’y en a que 2 ! Pour ma part, je trouve à m’occuper avec une nichée d’hirondelles rustiques et un couple de gobemouche gris tirenica, la sous-espèce corse.

Nichée d'hirondelles rustiques dans le camping de la plage de Cupabia

Nichée d’hirondelles rustiques dans le camping de la plage de Cupabia

Gobemouche gris corse dans le camping de la plage de Cupabia

Gobemouche gris corse dans le camping de la plage de Cupabia

Alors que la nuit tombe, le chant des amphibiens s’élève d’un peu partout. C’est parti pour une petite chasse aux grenouilles, pas toujours faciles à localiser malgré l’intensité de leur chant ! Par chance, un beau spécimen de discoglosse sarde ayant élu domicile dans les toilettes et semant la panique me donne l’occasion d’accomplir un acte héroïque en faisant quelques images au passage. Et oui, j’ai sauvé la grenouille au grand soulagement de tous 😉

Discoglosse sarde dans le camping de la plage de Cupabia

Discoglosse sarde dans le camping de la plage de Cupabia

Finalement, c’est accompagnée par des enfants, heureux d’admirer les bestioles sous la lumière de la lampe, que je finis ma virée nocturne.

Grenouille rieuse dans le camping de la plage de Cupabia

Grenouille rieuse dans le camping de la plage de Cupabia

Samedi 29 juillet

Nous essayons de partir un peu plus tôt ce matin, ce qui ne m’empêche pas de faire une petite halte à la sortie du camping pour faire des images de moineaux cisalpins.

Moineau cisalpin dans le camping de la plage de Cupabia

Moineau cisalpin dans le camping de la plage de Cupabia

Moineau cisalpin femelle

Moineau cisalpin femelle

Mais les brumes de chaleur sont bien vite de la partie …

Corneille mantelée dans les brumes de chaleur bien matinales

Corneille mantelée dans les brumes de chaleur bien matinales …

Nous rejoignons rapidement Propriano où nous achetons de quoi nous ravitailler pour la journée (avec ces chaleurs et ne disposant pas de frigo dans la voiture, nous devons racheter de l’eau et de quoi manger chaque jour) et finissons par arriver au point de départ de la balade du jour : Campomoro, au sud du golfe de Valinco.

Campomoro

Campomoro

Plusieurs boucles sont possibles depuis le petit village :

  • La boucle des Pozzi (2h)
  • La boucle de Canuseddu (4h – celle que nous avons choisie)
  • La boucle de Manna Mulina (environ 6h)

Au départ du village, nous traversons le lotissement de Calanova pour rejoindre le sentier littoral. Nous laissons sur la droite la tour génoise dont la visite est payante pour suivre la côte vers la gauche cheminant au milieu des tafoni, ces formations rocheuses typiques de la Corse.

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Un goéland d’Audouin patiente paisiblement sur l’un des blocs. Je m’approche doucement pour tenter de faire quelques images.

Goéland d'Audouin le long de la boucle de Canuseddu, Campomoro

Goéland d’Audouin le long de la boucle de Canuseddu, Campomoro

Goéland d'Audouin le long de la boucle de Canuseddu, Campomoro

Goéland d’Audouin le long de la boucle de Canuseddu, Campomoro

Midi arrive. C’est l’heure du repas … et du bain ! Petite séance de snorkeling avec de jolies ambiances au milieu des sars et des girelles ! Alors que nous nous faisons sécher au soleil, un pacha vient se poser à nos côtés pour récupérer des sels minéraux.

Pacha à deux queues, Campomoro

Pacha à deux queues, Campomoro

Reprise du sentier qui permet de gagner la petite plage isolée de Canuseddu. C’est reparti pour une séance baignade !

Plage de Canuseddu, Campomoro

Plage de Canuseddu, Campomoro

Cette fois-ci nous quittons le sentier littoral pour monter à travers le massif en longeant tout d’abord le lit d’un ruisseau asséché pour arriver finalement sur les crêtes surplombant le village de Campomoro vers lequel nous n’avons plus qu’à redescendre. Une bien belle balade ! De retour à la voiture et après avoir descendu un bon litre d’eau chacun nous reprenons la route, toujours plus au sud, pour la prochaine étape du séjour.

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Boucle de Canuseddu, Campomoro

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *