FacebookTwitter

Soumis à une forte pression immobilière, les espaces encore naturels se sont faits bien rares sur la Côte d’Azur. Seuls quelques espaces moins accessibles ont pu être préservés, du moins en partie. C’est le cas de la péninsule de Saint-Jean-Cap-Ferrat dont il est possible de faire le tour en suivant un sentier des douaniers en longeant les formations rocheuses calcaires et les récifs acérés.

Sentier littoral de Saint-Jean-Cap-Ferrat
Sentier littoral de Saint-Jean-Cap-Ferrat

Espèces

Perruche à collier

Capucin à bec de plomb

Cacatoès soufré

 Sterne caugek

 Cormoran huppé de Méditerranée

 Corneille mantelée

Puffin yelkouan

 Fou de Bassan

 Mésange huppée

 Grand dauphin

Localisation

Trois itinéraires permettent de découvrir cette péninsule qu’il est cependant possible de compiler pour ne faire qu’une seule longue rando. Le sentier est aisé et bien aménagé. Nous vous donnons RDV sur le site RandOxygène du Conseil général des Alpes maritimes pour découvrir ces itinéraires :

Vue depuis Saint-Jean-Cap-Ferrat sur la montagne du Cheiron
Vue depuis Saint-Jean-Cap-Ferrat sur la montagne du Cheiron

La frange côtière du cap a échappé à l’urbanisation et accueille quelques espèces présentant des enjeux de conservation. Aussi le site a-t-il fait l’objet d’un classement en ZNIEFF : ZNIEFF 930020443 – CAP FERRAT. Le cap peut en effet être intéressant pour l’observation des oiseaux marins. Le grand cormoran est régulier en hiver, quant au cormoran huppé de Méditerranée, plus rare, fait cependant l’objet d’observations ponctuelles.

Grand Cormoran, Saint-Jean-Cap-Ferrat
Grand Cormoran, Saint-Jean-Cap-Ferrat

Depuis les pointes, il est également possible d’observer, à l’aide d’une longue-vue, fous de Bassan, sternes caugeks et puffins yelkouans.

Les pinèdes accueillent quant à elles le cortège d’oiseaux communs : mésanges huppées, bleues, charbonnières …

Rade de Villefranche-sur-mer
Rade de Villefranche-sur-mer
Pointe du Colombier
Pointe du Colombier
Sentier littoral de Saint-Jean-Cap-Ferrat
Sentier littoral de Saint-Jean-Cap-Ferrat

Comme dans de nombreuses autres communes du département, les oiseaux exotiques et d’origine férale sont nombreux. La perruche à collier est omniprésente et les capucins bec-de-plomb peuvent également être contactés autour du port et dans le quartier Saint-Jean. Une autre espèce pouvait également être observée : l’inséparable de Fischer. Originaire de Tanzanie, cette espèce a connu une forte régression sur son aire de répartition naturelle ce qui a conduit à l’interdiction de sa commercialisation en 1992. Les Alpes-maritimes abritent la seule population férale de cette espèce en dehors de l’Afrique. Une bonne partie des oiseaux du cap seraient issus d’un lâcher en 1994 par un propriétaire. C’est également cette même année qu’est constatée le premier cas de reproduction sur la commune de Saint-Jean-Cap-Ferrat. (LPO PACA, Atlas des oiseaux nicheurs de PACA). Cependant, si dans les années 2000 l’espèce avait connu une nette progression, elle semble aujourd’hui se faire plus discrète. Pas de donnée sur Faune-PACA depuis 2015. Lors d’une balade le 1er janvier 2017, c’est sans succès que j’arpenterai la zone où elle était présente. Pas d’image donc … Merci à la blogueuse Jojo en herbes pour le prêt de la photo ! Depuis 2015 c’est un autre oiseau échappé de captivité qui peut être observé également dans le quartier Saint-Jean : le cacatoès soufré. Ambiance exotique garantie !

Inséparables de Fischer, Saint-Jean-Cap-Ferrat
Inséparables de Fischer, Saint-Jean-Cap-Ferrat

Cependant, ce n’est pas sur la côte que se situent les véritables enjeux écologiques du cap mais dans son aire marine qui a fait l’objet d’un classement en zone natura 2000 : FR9301996 – CAP FERRAT. La zone qui s’étend du large de Saint-Jean-Cap-Ferrat au Cap-d’Ail présente une grande diversité d’habitats, baies, plateau, tombants et canyon. Dans la partie côtière, les herbiers de posidonie sont en bon état de conservation. Partie du Sanctuaire Pélagos, la zone est également intéressante pour les cétacés. Sur le plateau du Cap-d’Ail il n’est pas rare de croiser des groupes de grands dauphins.

Grand dauphin
Grand dauphin

Le canyon du Paillon quant à lui est un lieu de chasse privilégié pour le cachalot. Enfin, l’espace pélagique est le domaine des dauphins bleus et blancs et des rorquals communs.

Rorqual commun
Rorqual commun

Photothèque

Vous aimerez aussi

  • Le Cap d’AntibesLe Cap d’Antibes Propriété du Conservatoire du littoral et classé en zone natura 2000 (FR9301573 - BAIE […]
  • Le plateau de CalernLe plateau de Calern Situé au cœur du parc naturel régional des Préalpes d'Azur, ce vaste plateau karstique […]
  • Les tourbières du Col de SalèseLes tourbières du Col de Salèse 18 août 2017. Direction Saint-Martin-Vésubie et le parc national du Mercantour. Nous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *