FacebookTwitter

Mercredi 15 août

Nous quittons Rangiroa dans la matinée et faisons escale à Papeete avant de reprendre un vol pour Huahine où nous arrivons de nuit. Nous sommes accueillies par le gérant du gîte qui nous fait faire un petit tour de la ville pour nous indiquer les bons plans. Prévenant et agréable, il est prodigue en conseils. Nous arrivons au gîte où nous déposons nos affaires et récupérons la petite voiture que nous avions louée auprès de la pension. Nous retournons en ville pour manger une salade de poisson bien copieuse dans une roulotte, la prochaine fois on ne prendra qu’une portion pour 2 !

Jeudi 16 août

Nous partons au petit matin direction le petit port de Fare pour faire quelques courses et passer à la pharmacie pour acheter pansements et antiseptiques, les petits bobos ne se soignent pas facilement ici. Quelques gygis et noddis bruns s’installent dans les arbres au milieu du parking sous un ciel assez couvert. La femme allongée surveille de loin l’île de légendes.

Port de Tahateao
Gygis blanche, Port de Tahateao
Nid de noddi brun sur le port de Tahateao

Dans les temps anciens, vivait sur Raiatea la princesse Hotu Hiva, fille de Tū tapuari’i. La princesse avait pour compagnon de jeu un jeune garçon nommé Teaonuimaruia, mais son père lui annonça qu’elle devait prendre pour époux un puissant chef de Raiatea. Les présentations faites, Hotu Hiva commença à dépérir, son âme était malade. Elle décida de fuir l’île de nuit cachée dans une petite embarcation. Les vents la poussèrent tout d’bord vers Bora Bora puis vers Huahine où elle arrive épuisée, manunu en tahitien, qui a donné son nom au marae éponyme. Partie à la recherche de son ancien ami sans dévoiler son identité, elle participe à une fête donnée en l’honneur du dieu de l’amour et gardien du paradis éternel, Tane qui tombe amoureux d’elle et apparaît sous la forme d’un oiseau sacré. Le chef du district de Maeva apprend la présence de cette femme si belle et la prend pour épouse. Mais il comprend bien vite que son coeur appartient déjà à un autre. Il la dédaigne et la livre à un homme différent chaque soir. Mais Teaonuimaruia finit par reconnaître son amis d’enfance. Il tue le chef et, enfin, Hotu Hiva et lui se trouvent réunis. Leur union scelle l’unification de l’île et inaugure la dynastie de Te pa’uihauroa. La princesse donne alors naissance à 4 enfants. A la mort de Teaonuimaruia, Hotu Hiva se marie avec un chef de l’île de Mataiva et à nouveau donne naissance à 4 enfants. Ses huit fils partagèrent l’île en huit districts sur lesquels ils régnèrent. (Tahiti Héritage)

La femme allongée
Port de Tahateao

Huahine est composée de deux îles reliées par un pont dont nous commençons à faire le tour dans le sens des aiguilles d’une montre. Nous faisons plusieurs arrêts tout d’abord au Fare Potee puis sur la plage de l’ancien Sofitel. Les fare Pote’e sont des maisons ovales où se réunissaient les villageois. Au fil des années, il a été régulièrement restauré au fil des années.

Site de l’ancien Sofitel
Site de l’ancien Sofitel
Site de l’ancien Sofitel
Fare pote’e
Fare pote’e

Non loin de là nous nous arrêtons pour faire des images des pièges à poissons et embarcations traditionnelles.

Pièges à poisson
Pièges à poisson
Maeva
Pièges à poisson

La route est agréable et serpente au milieu d’un paysage verdoyant, passant d’une baie à l’autre.

Pirogue traditionnelle
Sterne huppée
Sterne huppée

Un canal à proximité de la route accueille les anguilles sacrées aux yeux bleus. Les touristes sont nombreux à faire une pause ici pour écouter la légende de Hina et du cocotier. Promise au prince du lac, Faaravaianuu, la princesse est horrifiée lorsqu’elle se rend compte que le prince est une anguille ! Elle fuit, poursuivie par la bête qui laissa sa trace dans la vallée Vaihiria. Maui parvint à pêcher l’animal, coupa l’anguille en 3, enroulant la tête dans un tissu et la confiant à Hina : « Ne pose surtout pas ce paquet à terre avant d’être arrivée chez toi, et plante-le au centre de l’enclos de ton marae. Cette tête d’anguille contient de grands trésors. Tu en tireras de quoi construire ta maison, de quoi boire et de quoi manger. » Mais la princesse oublia le conseil et posa le paquet au sol pour se baigner avec ses servantes. La terre engloutit la tête et donna naissance au premier cocotier. Devant surveiller son arbre, Hina ne put s’en éloigner. Lors d’une sécheresse, seul le cocotier résiste et les hommes purent goûter l’eau sucrée contenue dans cet étrange fruit dont les marques dessinent les yeux et la bouche de l’anguille. Boire une coco, c’est donné le baiser royal refusé à l’anguille. (Tahiti Héritage)

Les anguilles sacrées aux yeux bleus
Les anguilles sacrées aux yeux bleus


Vers midi nous faisons une pause au Mahana pour prendre notre repas tandis que les aigrettes sacrées se posent dans les arbres autour de nous. Dans les falaises qui surplombent la baie, tournoient des phaétons à brins rouges. Petit arrêt à la boutique de paréos peints à la main, cela fera un joli souvenir ! Nous continuons notre tour jusqu’à la baie de Maroe où le soleil perce enfin les nuages et la lumière est resplendissante.

Maroe Bay
Maroe Bay
Maroe Bay
Ecole

Nous finissons notre tour en faisant un dernier arrêt auprès de l’empreinte de la patte du chien Piihoro.

Route sur Huahine, sexe et doigt de l’homme
l’empreinte de Pi ihoro

Hiro, le roi des voleurs déroba à Hina un précieux collier de perles. La princesse lança alors son chien à sa poursuite qui marqua de sa patte l’emplacement recelant le butin.

Nous finissons notre tour pour revenir au gîte.

Au petit matin, je prends le temps de faire quelques images d’oiseaux, malheureusement seulement des espèces introduites comme le bulbul à ventre rouge, véritable menace pour la biodiversité locale, ainsi que le zostérops à dos gris de la sous-espèce lateralis. Il n’y a plus qu’à attendre le transfert pour l’aéroport, direction Bora Bora !

Bulbul à ventre rouge, Huahine
Bulbul à ventre rouge, Huahine
Zostérops à dos gris

Pour plus d’informations sur les mythes et légendes polynésiennes, RDV sur le site de Tahiti Héritage

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *