FacebookTwitter

Lundi 24 décembre.

Cela faisait déjà longtemps que j’avais réservé mon vol pour la Nouvelle-Zélande. Passant mon premier Noël seule dans l’hémisphère sud, je m’étais dit autant le passer en voyage ! Décollage en fin de matinée, avec un décalage horaire de 2h avec la Nouvelle-Calédonie, j’arrive vers 17h à Auckland. J’avais réservé une voiture et, cette fois-ci, la navette de l’agence vient me récupérer rapidement avec les autres voyageurs. J’ai 3 jours en solo devant moi avant de récupérer un van et une Elise, une amie venue de France. En attendant, ce sera Airbnb et parcs naturels dans la péninsule Nord. Munie de ma nouvelle carte SIM et connectée, je trouve facilement mon logement du soir, sous la pluie.

Mardi 25 décembre

Après avoir passé 10 mois sur le Caillou, se réveiller avec le chant du merle noir semble très exotique ! Pour l’instant le soleil brille mais, au loin, de nouveaux nuages menacent. Je bois rapidement un café avec mes hôtes, une famille venue d’Inde, puis direction le parc de Muriwai. La route traverse de vastes zones agricoles où chantent alouettes des champs et chardonnerets. J’ai l’impression d’être rentrée à la maison. En ce matin de Noël, j’avoue que j’ai un peu de nostalgie. Heureusement, un cassican flûteur me ramène à la réalité. Je suis bien en Océanie !

Sur la route de Muriwai
Cassican flûteur
Tadorne de Paradis

J’arrive à temps sur la route qui surplombe la plage pour profiter des derniers rayons de soleil de la matinée. La colonie de fous est toute proche et les oiseaux vont et viennent en mer. J’installe ma longue-vue, qui ne me permettra pas de voir grand-chose en plus mais cela attire toujours l’attention des passants. Un papi vient me taper la discute et me raconte qu’il y a quelques années une femme s’est fait tuer par un requin sur cette plage. Une des rares attaques mortelles de Nouvelle-Zélande. Seule l’arrivée de la pluie me permet de m’échapper.

Muriwai
Muriwai
Muriwai

J’aperçois en contre-bas un groupe de sternes sur la plage. C’est parti pour les premières coches du séjour. Il s’agit de sternes Tara, les plus communes ici. Les jeunes, tout juste volants, ne cessent d’harceler les parents. Série d’images entre deux averses.

Muriwai
Sterne tara, Muriwai
Sterne tara, Muriwai
J’ai faim ! Débrouille toi !
A table !
Sterne tara, Muriwai

Quelques mouettes scopulines, endémiques de NZ, sont également accompagnées de leurs poussins. Elles nichent dans les falaises sous la colonie de fou.

Mouette scopuline
Mouette scopuline
Eclaircie

Je reprends la voiture pour monter à la plateforme d’observation de la colonie. Un méliphage Tui, endémique de NZ, butine les fleurs à quelques mètres d’étourneaux sansonnets.

Méliphage tui, Muriwai
Etourneau sansonnet

Le point de vue est grandiose et les oiseaux passent à proximité. Je passerai ici une bonne partie de la matinée et puis, étant donné le temps, je n’ai pas grand-chose d’autre à faire !

Fou austral et son poussin
Fou austral
it’s snowing for Christmas
Fou austral
Fou austral
Un peu de salade après les fêtes
Fou austral
Fou austral
Fou austral
Fou austral
Fou austral et son jeune
Un peu de tendresse
Fou austral
Fou austral
Colonie de fou austral

En contre-bas, des pêcheurs luttent contre les vagues, ils ont bien du courage !

Pêcheurs
Oiseaux observés à Muriwai

Je finis par quitter le rocher pour continuer à monter vers le nord. Direction un autre parc : Atiu Creek. Malheureusement, une fois sur place, la pluie s’intensifie, impossible de faire de balade. Je pousse en voiture plus loin, jusqu’au bout de la péninsule, pour gagner une plage notée « birds beach » ça m’intéresse ! Elle se situe au bout d’une route empierrée « Journeys End ». Je prends le temps de faire plusieurs arrêts, mon premier carpophage de Nouvelle-Zélande (gros pigeon au ventre blanc), des dindons sauvages, des talèves partout, bref je balade et finis par arriver au bout de la route. Effectivement spot très intéressant pour les limicoles ! Malheureusement pas facile d’observer tant le vent est violent. Les oiseaux passent en vol à toute allure, pas facile à identifier, la longue-vue ne tient pas ! Des groupes importants de barges rousses et d’huîtriers de Finsch ainsi que des bécasseaux maubèches et de probables bécasseaux à cou roux. Ce sera mes dernières obs de la journée avant de gagner mon nouveau gîte chez un couple de Russes.

Oiseaux observés Atiu Creek

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *