FacebookTwitter

Mercredi 26 décembre

Le temps s’est amélioré et je pars au petit matin pour le parc régional Tawharanui, intéressant pour les oiseaux. Je fais un stop rapide à la station, j’ai pris mes habitudes calédoniennes, pour prendre un paquet de biscuits et un café et c’est parti ! Au bout d’une bonne demi-heure de route je passe la gate. Et oui, il n’y a pas qu’en Afrique du Sud où les parcs sont ceinturés de barrières électrifiées. Ici, ce n’est pas pour empêcher les animaux de sortir, mais les prédateurs d’entrer. Il y a pas mal de balades à faire ici. Je commence par marcher le long de la lagune où pêchent une sterne caspienne avant de monter sur les crêtes.

Lagune dans le parc régional Tawharanui
Lagune dans le parc régional Tawharanui

Je repère un petit groupe de canards sur la lagune, bingo ! il s’agit des rares sarcelles brunes, une espèce endémique.

Sarcelle brune, Tawharanui
là où l’océan entre dans la lagune

Comme d’hab, je me dis que je fais juste un petit tour, je pars donc sans crème, sans eau et sans nourriture … erreur … au final je fais tout le tour du parc … Je prends le temps de chercher dans les buissons au moindre nouveau chant. Les premiers passereaux que j’observe (sans compter les européens introduits) sont les méliphages carillonneurs qui portent particulièrement bien leur nom.

Méliphage carillonneur, plage de Tawharanui

Un carpophage de Nouvelle-Zélande se montre particulièrement coopératif et pose sous la lumière du matin. Je longe le South Coast Track au milieu des vaches.

Carpophage de Nouvelle-Zélande, Tawharanui
Panorama sur le parc de Tawharanui
Panorama sur le parc de Tawharanui
Nestor superbe, Tawharanui
Tadorne de paradis, Tawharanui
Hirondelle messagère, Tawharanui

Un petit arrêt le long des haies me donne l’occasion d’observer des rhipidures à collier.

Rhipidure à collier, Tawharanui

Descente à Anchor Bay où pêchent quelques fous. Les visiteurs sont nombreux à profiter du soleil et de la plage. Je longe les dunes où se succèdent les emplacements de nidification du pluvier roux balisés pour protéger les nids. Les poussins sont déjà grands et courent dans tous les sens, tandis que les adultes alarment mimant la blessure, technique classique chez les limicoles pour attirer l’attention des prédateurs.

Pluvier roux, plage de Tawharanui
Poussin de Pluvier roux, plage de Tawharanui
Pluvier roux, plage de Tawharanui
Pluvier roux, plage de Tawharanui
Poussin de Pluvier roux, plage de Tawharanui
Pluvier roux, plage de Tawharanui
Huîtrier variable, Tawharanui
Dunes dans le parc Tawharanui

Le sentier (West End Track) sort du parc sur une courte distance. Sas de sécurité, nettoyage des chaussures, tout est mis à disposition.

Pâturages dans le parc Tawharanui
Tawharanui
The gate

Je finis ma belle boucle par le Mangatawhiri track où les méliphages Tui, appelés également méliphage cravate-frisé sont particulièrement nombreux.

Mangatawhiri track, Tawharanui
Tui, Tawharanui
Talève sultane, Tawharanui

Je retourne à la voiture où je me jette sur l’eau ! Un dernier coup d’oeil sur la lagune me permet d’observer une famille de sterne caspienne et de cocher l’échasse d’Australie.

Echasse d’Australie, Tawharanui
Sternes caspiennes, Tawharanui
Une belle balade !!
Tawharanui
Oiseaux observés

Je quitte le parc pour balader un peu plus au Nord. Je file jusqu’à Waipu Beach où un compte-rendu mentionnait la présence de sternes néreis. Pas de sternes pour moi mais un joli cadre.

Waipu Beach
Waipu Beach

Je redescends au logement du soir, cette fois-ci une famille de chinois fraichement installée dans une jolie maison à Red Beach. La Nouvelle-Zélande est vraiment une terre d’accueil internationale ! Petit tour le long de l’estuaire et de la plage pour finir cette belle journée.

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *