FacebookTwitter

Il m’aura fallu plus d’un an pour faire l’une des activités phares de Calédonie, et pourtant à 5 mn de chez moi : le survol du lagon de la région VKP et du réputé coeur de Voh.  Et encore ! L’initiative ne venait pas de moi … Il en est souvent ainsi. On espère trouver au loin ce qui est en réalité être si proche. Samedi 27 avril, 8h, me voilà prête à embarquer à bord d’un petit ULM sur la base aérienne de Koné. Les conditions sont excellentes, un grand ciel bleu dégagé et peu de vent. C’est parti pour le décollage, qui se fait en douceur. L’engin, stable et confortable, prend rapidement de l’altitude et et je découvre sous un nouvel angle ces paysages devenus pourtant si familiers. Les terres rouges exploitées par les mines dessinant de profondes veines dans les montagnes cèdent la place à la mangrove qui s’évanouit dans le lagon dont une ligne blanche dessine la limite.

Au delà de la barrière
Voh, sa mine et son lagon
Lagon VKP, oui c’est là que je vis !

Vues du ciel les piscines naturelles se démarquent dans des nuances de bleu variant en fonction de la profondeur. Ici une vaste cuvette utilisée comme zone de pêche par la tribu d’Oundjo. Une digue a été aménagé par la mine pour faciliter l’accès.

Piscine naturelle
Nuances de bleu

Nous survolons le réputé trou bleu, formation naturelle exceptionnelle, cette cuvette de 200m de profondeur est un cite tabou. Ici, les âmes trouveraient un passage vers l’autre monde. Il est interdit de s’en approcher, et rares sont ceux à avoir bravé cet interdit, y compris dans la communauté scientifique.

Le plus grand lagon au monde !
Le mystérieux trou bleu
Le mystérieux trou bleu

D’un point de vue naturaliste, le lagon de Gatope est très riche et avec des conditions si parfaites, on repère aisément les groupes de raies mantas, les raies aigles, les requins, tortues … mais également les dugongs que les locaux appellent vache marine. Ce matin, nous avons la chance d’apercevoir une femelle accompagnée de son jeune. Le clou du spectacle reste le réputé coeur de Voh, photographié pour la première fois en 1945 par l’armée américaine et rendu célèbre par Yann Arthus-Bertrand dans son ouvrage « La Terre vue du ciel ». Cette clairière sèche de 4 ha au milieu de la mangrove forme un coeur qui se referme petit à petit sur lui-même tandis que la salinité baisse, symbole du caractère fragile des écosystèmes.

Le coeur de Voh
Le coeur de Voh
Le coeur de Voh
Le coeur de Voh
Le coeur de Voh
La chaîne s’élève au loin
Creek et mangrove

C’est déjà l’heure de retourner au bercail tandis que mes yeux restent accrochés au lagon, ce lagon où mon coeur lui-même s’est un peu perdu.

Dernier regard du lagon
Nuances de bleu
Nuances de bleu
J’aime le Nord !
Couleurs du lagon
Retour au bercail !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *