FacebookTwitter

Samedi 8 juin

Départ de Nouméa pour Melbourne. Journée à l’aéroport. J’en profite pour faire mes réservations pour les Tonga et finis de trier les images de Nouvelle-Zélande. Je dois avouer que j’ai pris goût à cette vie de nomade ! Vol pour Perth où j’arrive de nuit sous la pluie. Je récupère ma voiture et rejoins mon airbnb. La clé est dans une boîte et j’ai la maison pour moi.

Dimanche 9 juin

Le vent et la pluie ne m’encouragent pas à me lever tôt. Mais ce sont les chants des oiseaux qui me motivent. Quelques corbeaux australiens et les loriquets, des cris presque familiers ! Cela fait un an déjà que je n’avais pas mis les pieds en Australie mais j’ai presque le sentiment d’être à la maison, comme s’il n’y avait pas eu de coupure ! Je file vers la réserve d’Ellis brook, paraît-il intéressante du point de vue ornitho et à seulement 20 mn de l’aéroport. J’ai le temps de bien profiter de la matinée avant de partir récupérer Audrey. Un premier stop s’impose un peu avant l’entrée du parc : une femelle de kangourou gris et son jeune se montrent à découvert dans un champ à proximité des habitations. Je suis bien en Australie et à peine étonnée de voir ces animaux pourtant si emblématiques.

Kangourou gris, réserve naturelle d’Ellis Brook

Localisation

Je rejoins l’entrée du parc et me gare au premier parking. Plusieurs parcours partent d’ici mais j’ai déjà de quoi m’occuper dans le parking. Il est tôt, il n’y a personne et les oiseaux sont très nombreux : gérygone à bec court, à queue blanche, séricornes, de nombreux mérions, difficiles à distinguer dans leur plumage hivernal … Bref, je prends en photo et j’identifierai plus tard, je ne maîtrise pas encore assez les passereaux australiens !

Zostérops à dos gris, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley
Siffleur à vente roux, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley
Gérygone à queue blanche, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

Les rhipidures gris sont nombreux et se montrent à découvert. Cette espèce au moins je la reconnais, on a les mêmes en Calédonie !

Rhipidure gris, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

Je finis par emprunter le sentier qui grimpe jusqu’à l’eagle point. Je tombe nez à nez avec un groupe de kangourous qui s’éloignent en effectuant d’impressionnants bonds. Ils s’arrêtent, se retournent vers moi et me fixent. Par chance, j’ai droit à un petit rayon de soleil qui vient éclairer leur pelage détrempé. Ambiance géniale.

Kangourou gris, réserve naturelle d’Ellis Brook
Kangourou gris, réserve naturelle d’Ellis Brook

Je monte jusqu’au sommet où des points de nettoyage sont installés pour les chaussures. Comme en Nouvelle-Zélande, la végétation locale souffre du passage et des maladies transportées. Ici c’est un champignon qui sévit. La vue se dégage sur le bush et, au loin, les buildings de Perth.

Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley
Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

Les méliphages se perchent au sommet de la végétation. Deux espèces assez proches sont présentes ici : le méliphage de Nouvelle-Hollande et le Méliphage fardé, toutes deux endémiques de ce pays continent.

Méliphage fardé, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley
Méliphage de Nouvelle-Hollande, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

De retour à la voiture je pousse jusqu’au bout de la réserve, surveillée par les galah perchés dans les eucalyptus au bord de la route.

Cacatoès rosalbin, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

Une boucle donnée pour 1h45 ne me prendra qu’une petite heure alors que je prends de nombreuses photos. Sur la première partie du parcours les passereaux sont abondants et j’aurai même la chance d’observer le diamant oculé (Red-eared Firetail), espèce endémique présente seulement dans cette petite partie du sud-ouest de l’Australie. Malheureusement la lumière est faible et les photos de mauvaises qualités. Enfin, j’ai la coche !

Diamant oculé, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley
Séricorne à sourcils blancs, Réserve naturelle d’Ellis Brook Valley

Il est l’heure de récupérer Audrey arrivée de Tokyo dans la nuit. Là encore, nous avons l’impression que c’est hier que nous nous sommes quittées à Brisbane, comme si cette année sur nos îles respectives n’avait pas exister … et pourtant, il s’est passé tellement de choses depuis … tant de voyages, de rencontres et d’expériences. Nous ne sommes plus les mêmes aujourd’hui. Mais, l’appel du voyage et de la découverte reprend vite le dessus et nous reprenons instinctivement nos marques. Transition par le centre commercial non loin de l’aéroport et direction le jardin botanique où nous finissons la journée. Ce fera l’objet d’un prochain article !

Oiseaux observés

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *