FacebookTwitter

Juillet 2019

C’est parti pour une nouvelle balade dans le domaine de Déva. Cette fois-ci je choisis la boucle de 6,5 km du sentier des géants. Les pancartes indiques qu’il faut 3h30 pour parcourir cet itinéraire ne présentant aucune difficulté. Il en faut probablement bien moins, si on ne prend pas de photos … L’intérêt de ce parcours est qu’il mène à un observatoire ornithologique donnant sur le marais fournier, mais il faut bien choisir la saison ! car en juillet, saison fraiche mais sèche, il y avait vraiment peu d’eau et les quelques flaques restantes attirant certes un grand nombre de sarcelles australiennes et canards à sourcils étaient vraiment loin. Je testerai donc en février pour vous dire c’est comment ! 😉

Les savanes du domaine de Deva

Le sentier débute à travers la savane et la forêt sèche de niaoulis. Ambiance quasi africaine ! La forêt sèche est un écosystème fragile. Située sur la mince frange de la plaine côtière de la côte ouest, elle est facilement accessible a été très tôt largement exploitée. Il ne reste aujourd’hui qu’1% de la superficie originelle. Quelques rares parcelles ont été préservées, notamment ici, dans le domaine de Déva qui abrite avec ses 400 ha, soit 8% de la forêt sèche actuelle, la plus grande relique.

Les savanes du domaine de Deva

Les oiseaux sont nombreux à fréquenter ce type de milieu, et, malgré l’heure avancée de ce milieu d’après-midi, ils sont plutôt actifs. J’ai l’impression que l’ensemble du cortège des espèces de la forêt sèche s’est donnée RDV dans cette parcelle à l’entrée du sentier ! Un stourne calédonien perché au sommet d’un niaouli chante bien camouflé dans le feuillage. Je repère plus loin le chant étrange de l’échenilleur calédonien qui donne l’impression de rembobiner une cassette, il finit par décoller pour se percher quelques instants à découvert.

Echenilleur calédonien, Domaine de Déva

De multiples gérygones, des petits-lèves queue, des siffleurs itchongs et des groupes de zostérops se pourchassent en tous sens. Pas facile de les fixer sur l’image !

Siffleur itchong, Domaine de Déva
Gérygone mélanésienne, Domaine de Déva

Un petit aller-retour permet de rejoindre l’observatoire au bord du marais. Une hirondelle messagère y a installé son nid. Le jeune est déjà volant. Posé sur un bout de bois mort au milieu du marais asséché, il  attend sa pitance.

Hirondelle messagère, Domaine de Déva

Seules quelques zones humides au fond du plan ont résisté à la saison sèche. Aigrette et canards s’y sont rassemblés, survolés par les nombreux milans siffleurs qui ne cessent de vocaliser. Un martin-chasseur sacré se pose à son tour sur une branche pour y assommer sa proie.

Martin-chasseur sacré, Domaine de Déva

Je regagne le chemin principal qui s’enfonce à présent dans le sous-bois. Changement de décor, changement d’espèce. Je passerai un moment à observer ce couple de monarque mélanésien, assez discrets mais trahi par leurs petits cris.

Monarque mélanésien mâle, Domaine de Déva
Monarque mélanésien femelle, Domaine de Déva
Lumières dans le sous-bois, Domaine de Déva

A force de passer le temps la tête en l’air je finis par apercevoir une roussette à tête rousse. Ce n’est pas souvent qu’on en observe ! Elles sont chassées et très farouches. Elle finit d’ailleurs rapidement par décoller sans que je puisse faire une photo. Je finis pas comprendre le nom du sentier des géants. Cette partie de la forêt bien préservée accueille de grands arbres, d’impressionnants niaoulis, des pins colonnaires et des banians.

La forêt du domaine de Déva
Figuier étrangleur, domaine de Déva

Le soleil commence à décliner et je presse le pas en prenant encore quelques images au passage comme cet échenilleur pie.

Echenilleur pie, Domaine de Déva

Je suis de retour à la voiture avec la belle lumière du soir qui illumine la brousse.

Domaine de Déva
Route à travers le Domaine de Déva

La plupart des visiteurs ont déjà quitté le site et les talèves en profitent pour balader le long de la route.

Talève sultane dans la lumière du soir, Domaine de Déva
Talève sultane dans la lumière du soir, Domaine de Déva
Talève sultane dans la lumière du soir, Domaine de Déva

Alors que les ombres s’étirent je tombe nez à nez avec un jeune émouchet bleu perché au bord de la route. Ce sera la dernière image du jour.

Jeune émouchet bleu, Domaine de Déva

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *