La Forêt des Morières, le Gapeau et le plateau de Siou Blanc

FacebookTwitter

Accueil / Balades en France / Balades en PACA / Var

Espèces remarquables

Genette d’Europe

Chevreuil

Cincle plongeur

Circaète Jean-le-Blanc

Barbeau méridional

Lucane cerf-volant

Grand capricorne

Ophrys philippii

Armérie de Belgentier

Aliboufier

 

La Vallée du Gapeau

Gapeau

Gapeau

Le Gapeau est un cours d’eau permanent. Il parcourt près d’une cinquantaine de km, prenant sa source à Signes pour se jeter en mer sur la commune d’Hyères.

Ce cours d’eau rapide et bien oxygéné permet le développement de nombreux insectes qui attirent des oiseaux comme la Bergeronnette des ruisseaux ou le Cincle plongeur. Le long du Gapeau s’étend une ripisylve fraiche et humide contrastant nettement avec les collines sèches et brûlées par le soleil qui l’entourent. Cette vallée constitue ainsi un espace original pour le sud du département où il est possible d’observer des espèces comme le Rougegorge familier, le Troglodyte mignon ou encore le Loriot d’Europe.

Cincle plongeur (Arménie)

Cincle plongeur

Le Cincle plongeur est un oiseau inféodé aux rivières d’eau vive. Sa particularité est de chasser des petits insectes ou des larves qu’il capture en nageant sous l’eau. Ses parades commencent à la fin du mois de décembre et atteignent leur pic fin février. Il niche toujours à proximité de l’eau, dans des abris naturels ou artificiels.

La Forêt des Morières

morieres (4)

Forêt des Morières

Particulièrement bien conservée et luxuriante, la forêt des Morières est intégrée au réseau Natura 2000. Composée d’érables, de frênes et de chênes, elle constitue un milieu original contrastant avec les nombreuses pinèdes. Elle abrite des espèces d’insectes patrimoniaux comme le Lucane cerf-volant et le Grand capricorne. Les falaises calcaires en bordure du plateau abritent la nidification du Grand-duc d’Europe ainsi que le Grand Corbeau.

morieres (11)

Forêt des Morières

Idée de balade : Les Aiguilles de Valbelle

Durée : 4h

rando-aiguilles-valbelleChartreuse de Montrieux-le-jeune

Chartreuse de Montrieux-le-jeune

Au départ de la Chartreuse de Montrieux-le-jeune, ce circuit permet de traverser la forêt des Morières et de découvrir les différents types de milieux du site. En effet, la spécificité géologique du plateau est la présence de roches dolomitiques donnant naissance à un sol acide où se développent des espèces de plantes comme l’Arbousier ou encore la Bruyère arborescente qui affectionnent habituellement les massifs de type cristallin.

Ciste

Ciste

Les Aiguilles de Valbelle, pitons rocheux formés par l’érosion, constituent la principale curiosité géologique de cette balade durant laquelle vous pouvez observer bon nombre d’espèces forestières comme le chevreuil, la Buse variable, l’Épervier d’Europe, visibles tout au long de l’année, ou encore le Circaète Jean-le-Blanc qui arrive au mois de mars. En avril, ce sont les cris des Pouillots de Bonelli qui retentissent dans les arbres. Des empreintes d’un loup isolé ont même été relevées dans le secteur ! Dans les milieux un peu plus ouverts, d’autres espèces sont présente comme l’Alouette lulu que vous pourrez repérer grâce à son chant caractéristique : série de notes montantes puis descendantes.

morieres (8) aiguilles-valbelles

Aiguilles de Valbelle

morieres (7) aiguilles-valbelles

Aiguilles de Valbelle

L’Aliboufier Styrax officinalis est un arbuste produisant des fleurs blanches en forme de clochettes entre avril et juin. On le rencontre en Asie. En Europe, les seules stations connues sont méditerranéennes (Grèce et Balkans ainsi que quelques populations isolées en Italie). En France, on le rencontre essentiellement dans le Var, la majorité des stations se concentrant dans la partie calcaire du bassin versant du Gapeau. L’Aliboufier a été utilisé dès l’Antiquité pour ses vertus médicinales. Des incisions sur le tronc permettent au goutes blanches de styrax de s’écouler. Ce liquide s’épaissit à l’air libre donnant naissance à un baume aux propriétés antiseptiques et cicatrisantes. Ce baume était utilisé par les moines de la Chartreuse. L’alibouier a été découvert dans le Var en 1564 par Pena et Lobel sur la commune de Solliès-Ville. Cependant son indigénat est discuté. Aurait-il été implanté ici dans l’Antiquité ? A-t-il été planté par les chartreux eux-mêmes ? Est-il originaire de la région ? Cette question n’est, à l’heure actuelle, pas tranchée.

aliboufier

Aliboufier

L’Armérie de Belgentier

Cette discrète plante qui fleurit en juillet est une endémique. On ne la rencontre que sur les sols dolomitiques des Morières. Cette plante a souffert des travaux d’aménagement et il ne reste aujourd’hui pas plus de 50 individus répartis en une station principale et des micro-stations dispersées autour.

2 commentaires

  • Le secteur de Morières – Siou-Blanc est très riche.
    Le sanglier et le chevreuil sont bien représentés. Depuis peu, le daim est également bien présent, ainsi qu’une petite population de cerf élaphe.
    Avec le développement de la population de chamois sur le secteur de Mazaugues, il est probable que le secteur des Aiguilles de Valbelle sera colonisé à court ou moyen terme. Au moins un loup est présent.
    L’aigle royal survole régulièrement le massif, de même que le couple d’aigle de Bonelli qui niche sur le Mont Caume au sud du massif.
    Bref, c’est un secteur très intéressant !

  • Pingback: » Les balades naturalistes du 1er trimestre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *