FacebookTwitter

Ambiance africaine au centre du Var ! J’ai vraiment eu un coup de coeur pour cette réserve naturelle nationale des Maures s’étend sur 5276 ha et comprend une large mosaïque d’habitats : chênaies, dalles de grés, pelouses à orchidées, mares temporaires, ruisseaux, ripisylves, vignobles, maquis, pinèdes … Cet ensemble de paysages abrite de nombreuses espèces animales et végétales dont certaines à haute valeur patrimoniale comme la Tortue d’Hermann, le Lézard ocellé, le Ciste crépu.

Lézard ocellé, Plaine des Maures (mai 2016)

Espèces

 Lézard occelé

 Tortue d’Hermann

 Psammodrome d’Edwerds

 Pie-grièche à tête rousse

 Pie-grièche écorcheur

 Bruant ortolan

 Guêpier d’Europe

 Rollier d’Europe

 Magicienne dentelée

 Ciste crépu

Localisation

Plaine des Maures

Le printemps est sans doute la meilleure période pour visiter la réserve. Les pelouses sont recouvertes d’orchidées comme la Serapia négligée.

Plaine des Maures, Sérapias (83)

Les Lézards ocellés (Timon lepidus) se font dorer au soleil sur les dalles de grès, surveillant toujours d’un oeil ce qui se passe autour. Ce lézard, le plus grand de France (certains individus atteigant 80 cm ayant été signalés) a connu une nette régression et est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées – catégorie VU (Vulnérable).

Lézard ocellé - Plaine des Maures (Var) avril 2014
Lézard ocellé – Plaine des Maures (Var) avril 2014

Soyez attentifs, vous pourrez surprendre un autre géant de la réserve : la Magicienne dentelée (Saga pedo). Pouvant atteindre près de 15 cm, cette sauterelle sans aile est le plus grand orthoptère d’Europe. Mais ce n’est pas là sa seule caractéristique : la magicienne est également réputée pour ne compter que des individus femelles. Cette prédatrice se reproduit en effet par parthénogénèse et n’a donc pas besoin de mâle. Appelée également Langouste de Provence, elle affectionne les guarrigues et les pelouses thermophiles du sud de la France. Mais pourquoi magicienne ? Intimidée, cette sauterelle se dresse sur ces pattes postérieures en bougeant ses bras tel un magicien vous jetant un sortilège ! Malheureusement cette technique ne lui a pas permis d’échapper aux nombreuses menaces. Aussi est-elle aujourd’hui considérée Espèce menacée et est intégralement protégée.

  • Pour en savoir plus sur la Magicienne dentelée :
Magicienne dentelée, Plaine des Maures (83)

Egalement menacées, les Tortues d’Hermann (Testudo hermanni) profitent des premières heures chaudes pour s’activer avant de se dissimuler dans les buissons où elles resteront durant les heures les plus chaudes. Tendez l’oreille, vous les entendrez peut-être se déplacer ! Vous pourrez prendre plaisir à les observer au milieu de la végétation, mais attention, il s’agit d’une espèce protégée et vous ne devez ni la déplacer et encore moins la ramasser ! Cette espèce est en effet en voie d’extinction, victime en partie de prélèvements mais aussi des incendies, du débroussaillage ou encore des chiens. Nombreuses sont en effet les personnes possédant chez eux des tortues terrestres, mais cette détention est illégale. Malheureusement, en raison de nombreux cas d’hybridation entre les Tortues d’Hermann captives et les autres tortues terrestres, ces tortues présentes dans les jardins ne peuvent être relâchées dans la nature. Le plus prudent est alors de les confier au « Village des tortues » géré par la SOPTOM, qu’il est possible de visiter.

Comment faire la distinction entre les différentes tortues terrestres ?

  1. Distinguer la Tortue d’Hermann (Testudo hermanii) et la Tortue grecque (Testudo graeca). Le critère principal entre les deux espèces est la présence d’excroissances particulière : l’Hermann possède une griffe kératinisée au bout de la queue, tandis que la grecque présente deux éperons derrière les cuisses. Autre critère : la Tortue grecque présente généralement une écaille supracaudale alors que cette écaille est double chez l’Hermann. Mais attention aux hybrides …
  2. Distinguer les deux sous-espèces de Tortue d’Hermann : la sous-espèce occidentale, la plus petite, présente dans les Maures Testudo hermanni hermanni, et la sous-espèce orientale, la Testudo hermanni boettgeri. Notre sous-espèce occidentale est la plus menacée et est classée « en danger » par l’UICN. La sous-espèce orientale est plus grande (jusqu’à 28 cm et 4kg) et les bandes sous le plastron sont plus clairsemées. Fiche de distinction entre la Testudo hermanni hermanni et la Testudo hermanni boettgeri (Tortue des Balkans)
Tortue d’Hermann, Plaine des Maures (mai 2016)
Plaine des Maures

Dans les rivières, une autre espèce de tortue peut être observée, il s’agit de la Cistude d’Europe (Emys orbicularis). Egalement protégée, cette tortue est présente dans les cours d’eau de la région méditerranéenne et ne doit pas être confondue avec la tortue à tempes rouges, appelée également tortue de Floride (Trachemys scripta elegans). Cette dernière largement vendue en animaleries pendant une période, a été abondamment relâchée dans les parcs et les rivières. Aujourd’hui considérée comme une espèce invasive, sa détention est illégale et des programmes d’élimination sont testés sur certains sites.

Cistude d’Europe
Pont romain, Plaine des Maures (83)
Plaine des Maures

D’autres reptiles fréquentent bien entendu la plaine des maures : le Lézard vert (Lacerta bilineata) (à ne pas confondre avec le Lézard ocellé), le Lézard des murailles (Podarcis muralis), mais aussi le discret Psammodrome d’Edwards, appelé aussi Psammodrome hispanique (Psammodromus hispanicus) – Fiche INPN.

Psammodrome d’Edwards, Plaine des Maures, Var, France

Les couleuvres peuvent aussi être observées comme la Couleuvre à échelons (Rhinechis scalaris) ou la Couleuvre vipérine (Natris maura) qui fréquente les milieux humides.

Dans les mares temporaires, au début du mois de juin, les têtards de Crapaud calamite (Bufo calamita) arrivent à terme : de nombreux petits crapauds miniatures se promènent alors autour des points d’eau commençant à s’assécher, condamnant à mort les larves et têtards en cours de formation.

Plaine des Maures (83)
Plaine des Maures (83)

Du point de vue ornitho, la plaine accueille un intéressant panel d’espèces. Trois espèces de pie-grièche y sont nicheuses : la Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis), la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator senator) (la plus représentée sur le site) et la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). Vous pourrez les observer dans les milieux ouverts, perchées sur un buisson ou un arbuste.

Pie-grièche écorcheur (Plaine des Maures, 83)
Pie-grièche à tête rousse (mai 2014)

Plus rare sur le site, le Bruant ortolan (Emberiza ortulana) (Fiche INPN) est aussi présent sur la réserve. Lors de notre passage, nous n’avons contacté que 2 mâles chanteurs.

Parmi les plus colorés, vous pourrez observer le Loriot d’Europe (Oriolus oriolus) dans les ripisylves, le Rollier d’Europe (Coracias garrulus) dans les milieux agricoles et les vignes, enfin le Guêpier d’Europe (Merops apiaster) à proximité des zones humides.

Rollier d’Europe

La présence du lac des Escarcets permet d’ajouter les espèces des zones humides. Depuis les roselières, s’élève le chant saccadé des Rousseroles turdoïdes, tandis que le discret Blongios nain se dissimule dans la végétation. De nombreuses libellules fréquentent la zone, comme la jolie trithémis annelée, espèce tropicale en expansion.

Trithémis annelé, Lac des escarcets, Plaine des Maures
Lac des Escarcets, Plaine des Maures (83)

Les rapaces ne sont pas de reste. Les Bondrées apivores (Pernis apivorus) paradent et se posent au sol au milieu du maquis à la recherche de nourriture. Les Milans noirs (Milvus migrans) attirés par la décharge toute proche, sont nombreux à survoler à la réserve. L’hiver venu, les Milans royaux (Milvus milvus) prendront la relève.

Bondrée apivore – Plaine des Maures juin 2013
Bondrées apivores – Plaine des Maures juin 2013

Mais bientôt la nuit tombe sur la réserve. C’est au tour du Petit-duc scops et de l’Engoulevent d’Europe d’assurer l’ambiance, annonçant les douces soirées estivales.

Petit-duc scops (Plaine des Maures)

Articles

Printemps en plaine des Maures

Publish on Comments(0)
Journée dans la Réserve nationale de la Plaine des Maures. Il est tôt ce matin sur la piste menant au lac des Escarcets mais déjà les oiseaux sont bien actifs et se font entendre. Les mâles Pinsons des arbres sont les plus bruyants avec leurs jolis chants tandis que plus loin c'est un Coucou gris…
Categories: Actualités, PACA, Plaine Des Maures, Var

Plaine des Maures : Rencontre avec les Tortues d’Hermann

Publish on Comments(1)
Petite balade ce matin dans la plaine des Maures. Au petit matin les oiseaux s'activent : les Alouettes lulus chantent haut dans le ciel, une Pie-grièche à tête rousse, postée sur un arbre pousse sa trille. Mais le soleil commence à chauffer et les oiseaux se calment rapidement. Un coucou geai, plutôt rare dans cette…
Categories: PACA, Plaine Des Maures, Var

Premières chaleurs sur la plaine des Maures

Publish on Comments(0)
Dimanche 22 mai. Nous profitons de cette belle journée ensoleillée pour faire un tour dans la réserve naturelle de la plaine des Maures. Le soleil n'est pas encore levé que les oiseaux chantent déjà. [audio mp3="http://www.balades-naturalistes.fr/wp-content/uploads/2016/05/Ambiance-matinale-plaine-des-Maures.mp3"][/audio] Les engoulevents d'Europe laissent la place aux rossignols, aux alouettes lulus et aux loriots. Peu à peu, d'autres se…
Categories: PACA, Plaine Des Maures, Var

Photothèque

One Reply to “Plaine des Maures”

  1. Je suis installée dans le sud depuis l’été 2017, aux Mayons et je découvre la magnifique Plaine des Maures. Je suis tombée sur votre site, page « Plaine des Maures » en cherchant des infos sur des oiseaux. Vos photos sont magnifiques! Bravo!
    En revanche, j’ai du mal à me repérer dans votre site, pour y trouver d’autres photos de la région… Je ne comprends pas l’arborescence par rapport aux titres affichés sur le bandeau noir de l’accueil…
    Merci,
    Sylviane Pengam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *