FacebookTwitter

Après visité Kiyomizu dera, nNous finissons la soirée en arpentant les ruelles de Gion. Tandis que le soleil se couche, les lanternes s’illuminent. Le silence n’est rompu que par les cris des nombreux corbeaux. Je me sens transportée à l’époque des samouraïs de l’ère Edo, avant la révolution Meiji. Une Maiko sort discrètement d’une machiya, maison traditionnelle, avant de disparaître derrière une nouvelle porte. Le quartier de Gion est en effet celui des Geishas, encore aujourd’hui. Ici tout se passe dans la discrétion, et les touristes ne sont pas forcément bien vus. De nombreuses pancartes indiquent « rue privée, photo interdite ». L’amende peut d’ailleurs s’élever à 10 000 yen. Nous nous faisons même refuser à l’entrée d’un bar. Ici tout est resté traditionnel, mais il ne s’agit pas d’un folklore mimé pour les touristes. Ici, à l’abri des cars de Chinois, c’est Kyoto dans son authenticité qui se laisse deviner dans une esquisse. Vous pourrez découvrir ce quartier le long de trois allées principales : Hanami-koji, probablement la plus typique, Shirakawa le long du canal et Pontocho. Nous finissons par trouver un restaurant dans une maison traditionnelle. Nous sommes seuls et nous nous installons sur les tatamis. Une soirée bien agréable où nous dégustons l’excellente viande locale dans un cadre inoubliable.

Le quartier de Gion
Les rues de Gion
Les lanternes de Gion
Restaurant dans le quartier de Gion
Restaurant
Les rues de Gion

A deux pas de là se dresse le temple Yasaka. A l’origine, le quartier de Gion servait d’escale aux visiteurs de ce sanctuaire. L’origine du sanctuaire shinto Yasaka-jinja, en bordure du parc Murayama, reste encore mystérieuse. Selon la première hypothèse, il aurait été construit en 656 par un haut fonctionnaire venu de Corée. Mais l’hypothèse la plus partagée est qu’un moine du nom de d’Ennyo l’aurait érigé en 876 en l’honneur de Gozu Tennô, dieu taureau et des épidémies. Il est réédifié entre 1654 et 1664 dans le style Gion-zukuri. En 1868, suite au décret de séparation du shintoisme et du boudhisme, il est rebaptisé « Yasaka-Jinja » dédié au dieu de la mer Kami Susa-no-o. En journée il est très agréable de s’y promener malgré le monde. Les vendeurs de brochettes sont nombreux à l’intérieur du sanctuaire. La nuit, il acquiert une dimension plus mystique, invitant à des rêveries orientales au fil des lanternes.      

Le temple Yasaka
Le temple Yasaka
Kyoto, entre tradition et modernité

Dans le quartier de Gion, vous aurez également l’occasion d’assister à une cérémonie du thé, si importante dans la culture japonaise. On ne le prépare jamais pour soi et cela peut durer des heures dans une posture assez peu confortable, heureusement, la démonstration va à l’essentiel et ne dépasse pas une heure. Ce qui en ressort à nouveau, ce goût de la perfection dans le détail et la quête de l’harmonie avec la nature.

Cérémonie du thé

Si vous souhaitez assister à cette cérémonie, je vous conseille Tea Ceremony Camellia Flower.

Vous aimerez aussi

  • Nishiki MarketNishiki Market Mercredi 15 janvier Nishiki Market Nouveau départ ! Direction Kyoto avec le […]
  • Fushimi InariFushimi Inari Jeudi 16 janvier Après un petit déj au Starbucks du coin, direction le célèbre site […]
  • Kiyomizu DeraKiyomizu Dera 16 janvier. L’après-midi, direction un autre temple : Kiyomizu Dera, le temple de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *